L’important c’est de participer

Slide 1
Slide 2
Slide 3
Slide 4
Slide 5
Slide 6
Slide 7
Slide 8
Slide 9
Slide 10
Slide 11
Slide 12
Slide 13
Slide 14
Slide 15
Slide 16
Slide 17
Slide 18
Slide 19
Slide 20
Slide 21
Slide 22
Slide 23
Slide 24
Slide 25
Slide 26
Slide 27
Slide 28
Slide 29
Slide 30
Slide 31
Slide 32
Slide 33

La mosaïque d’accueil de ce blougui devenant assez sombre, j’ai voulu lui mettre un peu de couleurs.

Ça tombait bien, il y avait plein de couleurs dans les rues devant les bureaux de votes ce week-end.

Pas vraiment par chez nous, où l’abstention grignote à chaque scrutin le bel idéal démocratique avec lequel on nous aura bien amusés en janvier dernier et dont notre président n’a pas vraiment ranimé la flamme en participant hier à la marche de Tunis.

Mais au Nigeria, où les élections législatives, sénatoriales et – surtout – présidentielles ont rencontré un grand succès. Malgré les attaques réitérées du groupe islamiste Boko Haram qui a tenu sa promesse de tenter de perturber ces élections. Malgré aussi quelques problèmes techniques* qui ont obligé le président sortant, Goodluck Jonathan, à attendre près d’une heure avant de pouvoir glisser ses bulletins dans l’urne. Mais comme sa femme se nomme Patience, ai-je appris en préparant ce billet, il en a l’habitude…

“Tout cela est nouveau. Tout ce qui est nouveau présente des défis”, a sobrement commenté le président.

Bref.

Le scrutin de samedi s’est donc prolongé dimanche dans quelques centaines de bureaux de vote. Et je n’en connais pas le résultat au moment où je rédige… Je ne sais pas non plus si les nouvelles cartes d’électeurs biométriques auront autant réussi à limiter la fraude électorale, comme le défendait le principal adversaire de Goodluck Jonathan, l’ex général et dictateur Muhammadu Buhari.

Mais l’important est de participer, comme n’a pas dit Pierre de Coubertin.

* En plus des soucis avec le matériel dans les bureaux de vote, j’apprends en y cherchant les chiffres de la participation électorale que le site Internet de la Commission électorale a été hacké

(Photos : Sunday Alamba, Akintunde Akinleye, Kunle Ogunfuyi, Mohammed Elshamy, Saleh Shehu Ashaka, Goran Tomasevic, Jane Hahn, Ben Curtis, Jérome Delay)

Pas de jolie accordéoniste à vous mettre dans (sous?) l’œil, fidèles amateurs de piano avec ou sans bretelles.

Mais vous apprécierez sans doute les chorégraphies qui accompagnent cet enregistrement de Salomé, l’un des grands succès du maître du Juju, I. K. Dairo (Isaiah Kehinde Dairo), qui nous a quittés en 1996.