Que la lumière soit
(pendant un an encore)

Slide 1
Slide 2
Slide 3
Slide 4
Slide 5
Slide 6
Slide 7

Après avoir ironisé hier sur la petite heure d’obscurité dérisoire offerte à notre planète pour la sauver, j’avais envie de prendre un peu d’altitude et de célébrer la lumière à travers quelques photos que j’avais mises de côté il y a quelques semaines et que je vous ressors donc opportunément.

Ces images ont été publiées par la NASA à l’occasion du lancement par l’Unesco de l’Année internationale de la Lumière, le 19 janvier dernier. De bien belles images pour un bien beau programme. Non ?

Alors oublions les noms bien peu poétiques des objets stellaires ainsi offerts à notre regard (bulle de débris SNR 0519-69.0, galaxie spirale Messier 51, galaxie Cygnus A, supernovas MSH 11-62 et RCW 86, nébuleuse W33) et gardons grâce au soleil d’être encore là.

Passons aussi sur “l’importance de la sensibilisation mondiale sur la façon dont la lumière et les technologies qui y sont fondées peuvent promouvoir le développement durable et apporter des solutions aux défis mondiaux que sont l’énergie, l’éducation,l’agriculture et la santé”. J’ai comme un doute sur la réelle bonne volonté des “partenaires du secteur privé” à sauver quoi que ce soit en dehors de leurs profits. Et quand on me parle développement durable, que voulez-vous j’ai comme une allergie qui se développe, ainsi qu’une certaine pitié pour les communicants qui n’arrivent pas à trouver un nouveau slogan…

Bref.

J’avais juste envie de partager avec vous ces 7 belles images pour marquer le 6e anniversaire de ce blougui. Ça fait une de trop, penserez-vous peut-être ?

Mais non, la septième est pour l’année à venir, que je nous souhaite lumineuse…

(photos : Nasa)

 Comme je n’ai trouvé aucun groupe ou chanteur dans le vaste univers au-dessus de nos têtes, j’ai invité le groupe coréen 잠비나이 (Jambinai) et leur troublant Connection, extrait de leur dernier album : Différance (comme un autre ?)

Ne vous inquiétez pas pour le son qui ne démarre pas en même temps que la vidéo. Et même si la vidéo originale de Hyunjeong Shin est somptueuse, essayez de regarder les images de l’univers en même temps que vous (ré)écouterez ce long et lent morceau. Bienvenue sur terre à votre retour…