Ah mes aïeux !

Slide 1
Slide 2
Slide 3
Slide 4

Juste après m’être penché sur nos doyens humains voués à disparaître, à 103, 117 ou 122 ans, voilà que j’ouvre une des lettres d’info du matin et que je découvre Big Foot et ses … 3,67 millions d’années !

Le spécimen StW 573 de la famille des Australopithecus prometheus dépasserait ainsi la célèbre australopithèque Lucy de quelques 400 milliers d’années. Avec une marge d’erreur de 160.000 ans, tempère l’équipe d’experts qui vient de refaire les calculs. Équipe à laquelle appartient Ronald Clarke, le “découvreur” de Big Foot en 1994.

Les restes de notre ancêtre sud-africain ne sont pas encore totalement dégagés des sédiments dans lesquels ils ont été conservés et les experts n’ont pas fini de se battre pour lui donner un âge.

Ce que j’aimerais savoir pour ma part, c’est si Big Foot avait peur du noir, si la disparition du soleil le soir lui faisait craindre qu’il ne reparaisse jamais, si la lune le rassurait, s’il pointait du doigt les étoiles en murmurant des prières ou des mots d’amour… S’il croyait en Dieu et lequel… S’il croyait en lui-même ou doutait de son existence… S’il avait conscience d’être au tout début d’une sacrée aventure humaine… S’il aimait la science-fiction et imaginait notre devenir… S’il dormait sur ses deux oreilles… S’il  rêvait et à quoi…

Entre autres.

Des choses humaines essentielles, bien plus importantes que son âge à mon sens.

Comme je me demande parfois ce que déduirons de nos squelettes les archéologues ou du futur, dans quelques millions d’années. Et s’ils se préoccuperont de savoir, plutôt que notre âge, pourquoi nous avons laissé exploser notre civilisation sans régir.

(photos : Francis Duranthon, Jason Heaton, INRAP)

En évoquant les ancêtres, je pense à ma mère qui n’en finit pas de mourir. Et qui semble avoir oublié que ça devait arriver. Même si parfois…

Et en cherchant une artiste sur-africaine, je découvre Brenda Fassie, morte à 39 ans en 2004, mais toujours possiblement vivante par la pensée, grâce à sa statue à Johannesburg ou quelques titres enregistrés.

Comme ce Too late for Mama.

Et alors, je repense à ma mère à laquelle je souhaite de ne battre aucun record.