A travers champs

Slide 1
Slide 2
Slide 3
Slide 4
Slide 5
Slide 6
Slide 7
Slide 8
Slide 9
Slide 10
Slide 11
Slide 12

Les images du jour n’ont – a priori – rien à voir avec les rondeurs de la semaine ni avec l’âge de Big Foot.

La première photo de la série a été prise il y a quelques semaines, lors de l’installation de l’œuvre de l’artiste britannique Antony Gormley dans l’ancienne église de Scunthorpe, dans le nord de l’Angleterre. Field for the British Isles (Champ pour les îles britanniques) se compose de 40.000 figurines de terre serrées les unes contre les autres. Une masse d’individus semblables pourtant tous différents.

Des petits bonhommes qui m’ont évoqués les statuettes de glace que Nele Azevedo réunit dans ses Monumento Mínimo, que je vous ai présentées en fin d’année dernière.

Mais si l’artiste brésilienne réalise et installe elle-même ses créations (créatures?) le Britannique sous-traite à des locaux : une centaine d’enfants des écoles et leur famille en Angleterre ; indigènes en Amazonie, lors de la première création de Field, en 1991.

L’intention “participative” pourrait être louable, mais certains critiquent cette manière de s’approprier le travail d’autrui.

On en arrive ainsi au point Godwin version abcdetc : quel est le rapport idée-capital-travail ?

Je suis moi même étonné d’en arriver là. Et j’envie Big Foot d’avoir vécu dans une époque tellement pré-capitaliste.

Allez… Bon week-end !

(photos : Lindsey Parnaby, Vicente de Mello, Antony Gormley, DR)

De champ en champ, et aussi un peu à cause de la mort de Cynthia Lennon, j’en suis arrivé à Strawberry fields forever… et aussi parce que j’ai eu la chance de voir récemment Vivir es fácil con los ojos cerrados, que je vous conseille s’il passe par chez vous !)

Bref, place à la musique :

Avec que du bon :

  1. Les Beatles
  2. Richie Havens à Woodstock
  3. Cyndi Lauper
  4. Ben Harper