À la réflexion

Slide 1
Slide 2
Slide 3
Slide 4
Slide 5
Slide 6
Slide 7
Slide 8
Slide 9
Slide 10
Slide 11
Slide 12
Slide 13
Slide 14
Slide 15
Slide 16
Slide 17
Slide 18
Slide 19
Slide 20

abcdetc c’est l’histoire d’un regard sur le monde, souvent interpellé dans sa sensibilité, et qui a alors recours au bavardage pour tenter de donner un sens à ce que je vois et, plutôt que de détourner le regard, détourner un peu, modestement, le cours des choses.

Et puis parfois, c’est juste un peu de douceur.

J’ai découvert les images de Martin Hill au hasard d’un détour sur le web. Et j’en ai cherché d’autres sur son site pour partager avec vous cette envie de sérénité et d’une pensée douce. Le photographe néo-zélandais, heurté par la violence que nous faisons subir à notre “environnement”, a choisi, depuis 1992, de créer ses œuvres éphémères en pleine nature et avec les éléments qu’elle lui offre : neige, feuilles mortes, morceaux de bois, pierres…

Je travaille dans la nature parce que nous sommes la nature …
Mes matériaux proviennent de la terre à laquelle ils retournent …
Apprendre à vivre selon le modèle de la nature est notre seul espoir pour l’avenir

C’est l’exergue de Martin Hill sur son site que je vous encourage de visiter si vous avez aimé ces quelques échantillons… naturels.

Il y a les hommes (ou les femmes, oui, bon d’accord…) d’un seul livre, d’un seul film, d’un seul blog (enfin j’espère que non…) ou d’une seule femme (d’un seul homme bien sûr, ou toute combinaison que vous voudrez composer).

Ainsi Percy Sledge, qui a quitté ce monde cette semaine à 73 ans, aura été toute sa vie poursuivi (et sans doute bien nourri) par un titre qu’il a chanté à 25 ans !

When a man loves a Woman donc, par  :

  • Percy Sledge en personne, vers 1966 quand il a créé cette chanson
  • Le même, quelques années plus tard, accompagné par Michael Bolton
  • Le même, quelques années plus tard encore, en duo avec … Dorothée !
  • Joe Cocker
  • Bette Midler (impossible de trouver une version correcte de son interprétation dans The Rose)
  • Josipa Lisac
  • Art Garfunkel, sans Paul Simon, et dans une version particulière

Et en parlant de version particulière, je n’ai pas trouvé de vidéo mais les sons valaient le détour

  • Si tu rêve de mes lèvres, par un certain Stendy qui n’a pas fait beaucoup parler de lui depuis 1976
  • Quand un homme perd ses rêves, par un certain Johnny Halliday, qui a fait du chemin depuis 1966