Du beau travail !

, , , , , , ,

Slide 1
Slide 2
Slide 3
Slide 4
Slide 5
Slide 6
Slide 7
Slide 8
Slide 9
Slide 10
Slide 11
Slide 12
Slide 13
Slide 14
Slide 15
Slide 16
Slide 17
Slide 18
Slide 19
Slide 20
Slide 21
Slide 22
Slide 23
Slide 24

Ceux qui suivent abcdetc depuis le début – ou juste depuis quelques mois – se souviennent peut être de mon goût pour les valises.

Aussi, quand j’ai vu pour la première fois les voyageurs de bronze créés par Bruno Catalano, j’ai eu comme une impression de déjà vu, de familiarité, d’évidence. Vous savez, comme lorsqu’on rencontre une situation dont on se croit se souvenir sans vraiment l’avoir vécue. Il paraît que cette impression s’explique scientifiquement, m’expliquait il y a peu une commentatrice. Il y aurait même plusieurs hypothèses pour l’expliquer, ai-je vérifié en préparant ce billet. Mais, vous le savez peut être, à la rigueur scientifique, je préfère parfois les flottements de l’imagination.

Bref.

Comme je trouvais que leur transparence se décelait mieux sur un fond illustré que sur le simple blanc sur lequel ils apparaissent sur le site du sculpteur (et que j’avais un peu de temps dans ce 1er mai bien gris), j’ai emmené ces voyageurs se promener dans quelques photos d’actualité.

C’est ainsi que vous pourrez rencontrer le Voyageur de Milan (Viaggiatore di Milano) dans les rues de Baltimore, le Prince du désert devant un cordon de policiers à Séoul, Raphaël dans les arènes de Séville, les deux personnages de Que la route est longue sur la route du camp de Qarmeed en Syrie, Sylvie accompagnant les étudiants qui quittent leur campus après la fermeture de l’université de Bujumbura, Johnny sur un trottoir d’Istanbul, Mr Olingou dans les ruines de Katmandou et Aurélio aux côtés d’une jeune skateuse afghane (plus médiatisée que la pénurie qui guette le Programme alimentaire mondial dans son pays, m’a rappelé une autre commentatrice…)

Un regard croisé sur le monde en quelque sorte, entre une actualité qui se refuse à sourire (à part dans les arènes de Séville) et l’opiniâtreté artistique de quelques uns d’entre nous. Qui rendent ce monde tellement plus supportable.

Merci à eux.

(photos : Shannon Stapleton, Kim Hong-Ji, Marcelo del Pozo, Abdalghne Karoof,
Jerome Delay, Umit Bektas, Adnan Abidi, Skateistan
sculptures : Bruno Catalano)

L’actualité musicale d’hier, c’était la mort de Ben E. King, le créateur de l’inusable Stand by me qui a déjà fait l’objet d’une mosaïque souvenir que vous trouverez ici et que je me suis refusé à copier-coller.

Préférant vous offrir une chanson en rapport avec l’actualité (non musicale).

Je salue au passage le jeune Devin Allen, 26 ans, dont la couverture photo des émeutes de Baltimore, suite au meurtre de Fredie Gray le 19 avril dernier, a été remarquée par les internautes … et la rédaction du prestigieux Time.

We are sick & tired, écrit sobrement Devin Allen dans la légende qui accompagne cette photo de une sur son site Instagram.

Hard times in the city
In a hard town by the sea…

… chantait Randy Newman en 1977.

Baltimore, par :

  1. Randy Newman
  2. Nina Simone (et une autre galerie de photos, prises par Ty Waller à Baltimore, en 1969)
  3. El Cuero & Elvira Nikolaisen
  4. Lianne La Havas