Devenir un arbre

,

Slide 1
Slide 2
Slide 3
Slide 4
Slide 5
Slide 6
Slide 7
Slide 8

Même si je ne sais toujours pas vraiment ce que je ferai quand je serai grand, je sais bien qu’un jour je ne serai plus.

Je ne possède pas vraiment de quoi rédiger un testament, mais il faudra que je songe un jour à mettre au propre mes dernières volontés. Pour que les médecins ne s’acharnent pas trop sur mon corps, surtout. Ce qu’il en adviendra après, me semblant dépendre davantage de la volonté (et des moyens) de mes héritiers que de moi même.

Bref.

J’hésitais encore à me faire incinérer, pour tenir la promesse d’arrêter de fumer au moins après ma crémation, quand on m’a adressé la semaine passée un lien vers une société italienne qui se propose de transformer les cimetières en forêts : Capsula Mundi.

Les deux designers italiens, Raoul Bretzel et Anna Citelli, ont mis au point cette capsule biodégradable en forme d’œuf, dans laquelle on place le cadavre en position fœtale et qui est plantée sous l’arbre de son choix auquel on sert d’engrais.

Je vais me renseigner pour savoir ce qu’il en est de l’autorisation de l’enterrement en position fœtale. Et je vais maintenant réfléchir à l’arbre que je choisirai. Chêne, saule ou cerisier, suivant les votes des clients de Capsule Mundi ? Ou alors un sycomore sous le ciel étoilé, comme celui de Robin des Bois dans le comté de Northumberland, où l’on trouve le ciel le plus propice aux étoiles d’Europe ?

J’espère juste que mes descendants n’oublieront pas de graver sur son écorce l’épitaphe banale que je désire : “Merci pour tout!”

(Photos : Owen Humphreys, Capsula Mundi, DR)

Et puisqu’on parle d’arbres, voici quelques capsules de souvenirs…

Les chansons du jour :

  1. Georges Brassens : Auprès de mon arbre
  2. Maxime Le Forestier : Comme un arbre dans la ville
  3. Séverine : Un banc, un arbre, une rue (Eurovision 1971)
  4. Nana Mouskouri et sa fille Lénou : Tous les arbres sont en fleurs