Baudruches !

Slide 1
Slide 2
Slide 3
Slide 4
Slide 5
Slide 6
Slide 7

Une réunion des ministres des finances (“les grands argentiers”) du G7 se déroule à Dresde pour préparer le prochain sommet des chefs d’état et de gouvernement du même G7 qui se déroulera les 7 et 8 juin prochain en Bavière…

C’est assez peu un événement en fait.

Comme nous l’explique l’afp, ces messieurs (dames?) “aimeraient prendre de la hauteur et parler croissance durable, harmonisation fiscale ou financement du terrorisme. Mais ils risquent d’être accaparés par la dure réalité, notamment le dossier grec.”

C’est assez pauvre comme info, je le reconnais.

La seule chose que j’ai apprise hier en préparant ce billet c’est que mes confrères anglo-saxons parlent des pays du G7 comme “the Group of Seven wealthy democracies” (le groupe des 7 démocraties riches). Par opposition sans doute à la Chine ou la Russie. Mais j’ai l’impression pour ma part que la démocratie n’est pas toujours aussi riche dans nos beaux pays que le sont les possédants qui y habitent. Ou s’en exilent fiscalement.

Et qui dirigent sans doute davantage ce monde que (par ordre alphabétique) le Premier ministre japonais Shinzo Abe, le Premier ministre britannique David Cameron, le Premier ministre canadien Stephen Harper, le Président français François Hollande, la Chancelière allemande Angela Merkel, le Président étasunien Barack Obama ou le Premier ministre italien Matteo Renzi.

Qui ne sont finalement sans doute que de pauvres baudruches, comme l’ont si bien illustré les militants de ONE, en ouverture de ce sommet de pacotille.

Mais ça non plus ce n’est pas vraiment un scoop !

(photos : Jens Meyer, Robert Michael, J. Woytas, Fabrizio Bensch)

Je vieillis doucement, ce n’est pas un scoop non plus.

Parfois, je vieillis plus rapidement.

Bref.

J’ai reçu ça hier d’une lectrice anonyme enthousiaste :

Et c’est vrai que je ne vois pas vraiment ce que les simagrées électro de Synapson ajoutent à la beauté originelle de la chanson de Victor Démé :

De là à me réabonner à Télérama, franchement…

Enfin, je vieillis mais ma susceptibilité ne s’assagit pas. Sourire…