Pas une de moins

Slide 1
Slide 2
Slide 3
Slide 4
Slide 5
Slide 6
Slide 7
Slide 8
Slide 9
Slide 10
Slide 11
Slide 12
Slide 13
Slide 14
Slide 15
Slide 16
Slide 17
Slide 18
Slide 19
Slide 20
Slide 21
Slide 22
Slide 23
Slide 24
Slide 25

Si l’on peut avoir des doutes – comme j’en exprimais hier – sur la capacité des hommes à respecter la planète qui les accueille, on peut aussi s’interroger sur le respect qu’ils portent aux femmes.

Misogynes, machos et autres violents “ordinaires” survivent et se reproduisent. Avec l’aide d’ailleurs des femmes qu’ils méprisent, violentent ou tuent.

C’est pour exprimer leur ras-le-bol du machisme et de ses conséquences parfois dramatiques que des centaines de milliers de femmes (et d’hommes et d’enfants) ont manifesté, mercredi en Argentine, à l’appel du mouvement Ni Una Menos (Pas une de moins).

Les chiffres fournis par les organisatrices font froid dans le dos : toutes les 31 heures une femme meurt d’être femme, ce qui représente 277 féminicides en 2014. “Il reste encore beaucoup à faire pour démanteler la culture machiste dans notre pays […] où la femme est encore une chose à dominer”, se désole Fabiana Tuñez, directrice de l’ONG Casa del encuentro. Et la présidente Cristina Kirchner, qui a apporté son soutien à la mobilisation, dénonce pour sa part “une culture dévastatrice pour le féminin [dans laquelle] La femme est convertie en objet, et il y aura donc toujours quelqu’un pour considérer que s’il ne la possède pas, il peut la briser”.

Cette manière de voir, si elle est exacerbée dans un pays de tradition “machiste” est malheureusement internationale. Et si des marches similaires à celle de Buenos Aires se sont déroulées au Chili, en Uruguay ou à Mexico, il reste encore des marches à franchir dans pas mal de consciences masculines.

En sommes nous capables ?

(photos : Juan Mabromata, Natacha Pisarenko, Eitan Abramovich, Marcos Brindicci, Juan Mabromata, Alejandro Costanzo, Diego Pintos)

La chanson est presque aussi ancienne que la Journée mondiale de l’environnement…

Le temps prend parfois son temps.

La Femme est l’avenir de l’homme, chantée par :

  1. Jean Ferrat
  2. Les interprètes de Chanter pour celles qui chantent au profit du Samu Social de Paris

Et je vous épargne d’autres reprises (en m’épargnant d’autres recherches…)