De choses et d’autres

Slide 1

Les dieux se suivent et parfois se mélangent.

C’est ainsi que j’ai appris, à l’occasion de la mort de 27 fidèles dans une bousculade lors d’un pèlerinage en Inde, que la Kumbh Mela, dont j’avais pris l’habitude qu’elle se déroulât plutôt en hiver, se tiendrait cette année à la fin de l’été.

Tout fout le camp et les calendriers nous bousculent comme de pauvres pèlerins.

Bref.

Comme j’étais en Inde dont je n’avais pas envoyé d’image depuis longtemps, j’ai poussé jusqu’à Calcutta, vers ce marchand de chaussures qui rappellera sans doute quelques souvenirs à une lectrice. Ou d’autres. Il est difficile de trouver chaussure à son pied en Inde.

Et sans doute difficile d’y lire les étiquettes.

Cette photo illustrait en effet une information selon laquelle l’inflation indienne aurait atteint l’an passé 5,4% (ce qui est très mauvais si l’Inde envisage un jour d’entrer dans la zone euro, ce qui me paraît douteux, mais le monde est si plein de surprises…). Mais, en cherchant des informations sur cette inflation trottante (à défaut d’être galopante), j’ai appris que la dite inflation avait … chuté de 2,4%. Sur la même année, mais pas selon les mêmes calculs, si j’ai bien compris.

A priori, les économistes aussi s’interrogent sur l’interprétation de ces indices divergents, qui témoignent (une fois encore?) que – même parée d’atours mathématiques – l’économie est loin d’être une science exacte. C’est plutôt un sport de combat où le plus fort gagne. N’est-ce pas Alexis ?

Et, comme ce billet est parti un peu dans tous les sens, je vais tenter de retomber sur mes pieds (ce qui va pas mal avec les chaussures, non?) en vous proposant (après un détour vers d’autres (entre autres) expressions … pédestres) une traduction pas vraiment personnelle de l’expression “Quel pied!”, que je dédie aussi à Alexis Tsipras, aux Grecs et à tous ceux qui se font botter le train par les économistes pédants : “What a fair foot!”

Je sais.

Vivement les congés payés… tant qu’ils restent.

(photos : Rupak De Chowdhuri)

Les Dieux ne se suivent pas ni ne se ressemblent, et même si ce n’est pas encore la Kumbh Mela c’est bientôt la fin du ramadan.

C’est dans un article de Courrier international à ce sujet que j’ai fait connaissance de Lounis Aït Menguellet.