Foutez-leur la paix !

Slide 1
Slide 2
Slide 3
Slide 4
Slide 5
Slide 6
Slide 7
Slide 8
Slide 9
Slide 10
Slide 11
Slide 12
Slide 13
Slide 14
Slide 15
Slide 16
Slide 17
Slide 18
Slide 19
Slide 20
Slide 21
Slide 22
Slide 23
Slide 24
Slide 25
Slide 26
Slide 27
Slide 28
Slide 29

Alors que son pays s’apprête à commémorer le sinistre 70e anniversaire des deux bombardements nucléaires d’Hiroshima et de Nagasaki, le Premier ministre, Shinzo Abe, est en train de saborder l’idéal pacifiste du Japon. Les projets de lois, dits de sécurité, qui visent à renforcer le pouvoir de l’armée, ont été adopté hier par la chambre basse du parlement et sont en passe d’être votés par la chambre haute.

Tout ça pour lutter contre l’influence militaire grandissante de la Chine et faire plaisir à l’allié étasunien. Toujours incarné, on le rappelle, par le prix Nobel de la Paix, Barack Obama…

Les débats ont été houleux et le vote s’est déroulé sous les protestations véhémentes des députés d’opposition. Le chef du parti démocrate, Katsuya Okada, a dénoncé “un passage forcé de ces lois [qui laissera] une tache sur la démocratie d’après-guerre du Japon“ et demandé “avec force d’annuler ce vote et de retirer ces projets de loi, qui sont anticonstitutionnels”.

Des milliers de Japonais ont également manifesté pendant le vote (comme depuis plusieurs mois) pour dénoncer ce contournement de l’article 9 de la constitution japonaise :

“Aspirant sincèrement à une paix internationale fondée sur la justice et l’ordre, le peuple japonais renonce à jamais à la guerre en tant que droit souverain de la nation, ou à la menace, ou à l’usage de la force comme moyen de règlement des conflits internationaux.
Pour atteindre le but fixé au paragraphe précédent, il ne sera jamais maintenu de forces terrestres, navales et aériennes, ou autre potentiel de guerre. Le droit de belligérance de l’État ne sera pas reconnu.”

Mais pour le moment, au Japon comme dans d’autres démocraties, la voix du peuple semble moins compter que celles de certains lobbys.

Quelles belles idées pourtant que celles de démocratie dont on nous a tellement seriné qu’elle allait avec celle de paix…

(photos : Issei Kato, Toru Hanai, Yoshikazu Tsuno, Shuji Kajiyama, Franck Robichon, Thomas Peter, Chris McGrath, DR)

Bon d’accord, de Tokyo à Tokay, la transition est approximative. Mais Dengue Fever est approximativement asiatique, puisque ce groupe de musique cambodgienne (et psychédélique…) est de Los Angeles.