Résilience

Slide 1

C’était les vacances encore.

Ce matin, j’ai été réveillé par le soleil. En douceur…

Je me suis levé en silence, et suis allé jusqu’au café bureau de tabac près de l’église du village, pour chercher un peu de réseau afin d’écrire ce billet.

Le wifi ne passait pas dans le café, mais j’ai vu les journaux du jour. Qui m’ont rappelé que l’on était le 6 août.

Et que..

Enfin presque.

Beaucoup de unes se consacraient plutôt à l’inauguration du nouveau Canal de Suez où va aller parader notre président tellement normal et vendeur d’avions de guerre aux Égyptiens. Et si Aujourd’hui – Le Parisien titrait en une sur « l’insupportable hécatombe », c’était pour parler des migrants d’aujourd’hui en Europe.

Mais l’Humanité m’a rappelé « L’Enfer » du 6 août 1945, Le Monde évoquait « La Mémoire à vif » et Ouest France – bien sûr, au cœur de la Bretagne – marquait à sa une ce sinistre 70e anniversaire d’Hiroshima…

Le monde a donc frôlé l’horreur absolue il y a 70 ans et continue de survivre. S’habituant à l’horreur de chaque jour.

Je suis sorti sur la place de l’église où je savais pouvoir capter le réseau public, fort limité ma foi. Quelle importance relative finalement.

J’ai écrit ces quelques lignes assis sur un banc, accompagné du bruit des mouettes et d’un rayon de soleil qui me caressait le dos. Et quand l’église a sonné neuf heures, j’ai choisi l’image d’un sourire pour marquer ce jour.

Un sourire en provenance de Gaza. Capté en avril dernier par Mohammed Salem. Une image que j’avais mise de côté pour un billet au hasard pendant ces vacances et que je voulais accompagner d’un lien vers un autre billet de ce blougui titré Résilience.

Parce que c’est un beau mot. Et que ce matin encore, je l’ai trouvé de circonstance.

(photo : Mohammed Salem)

Et même si je ne suis pas sûr que ce soit Jorane qui passait à la radio dans le café…