Exclusif !!

Slide 1
Slide 2
Slide 3
Slide 4
Slide 5
Slide 6
Slide 7
Slide 8
Slide 9
Slide 10
Slide 11
Slide 12
Slide 13
Slide 14
Slide 15
Slide 16
Slide 17
Slide 18
Slide 19
Slide 20
Slide 21
Slide 22
Slide 23
Slide 24
Slide 25
Slide 26
Slide 27
Slide 28
Slide 29
Slide 30
Slide 31
Slide 32
Slide 33
Slide 34
Slide 35
Slide 36
Slide 37
Slide 38
Slide 39
Slide 40

Après m’être longuement promené dans les dédales de Dismaland pour vous préparer ce billet de divertissement pour commencer (ou poursuivre) le week-end, je ne sais plus trop quoi en dire. Je vous laisse donc apprécier les images de « la nouvelle attraction touristique la plus décevante de Grande-Bretagne », installée par les bons soins du street-artist Banksy (aidé d’une cinquantaine de confrères) dans une piscine désaffectée de Bristol (la ville anglaise dont il (elle?) originaire, pas le papier carton).

Je vous laisse également trancher sur le choix que vous ferez pour traduire Bemusement Park par « parc confus » comme l’a fait l’AFP et la plupart de ses clients ou par «parc de la perplexité» comme Le Monde, qui pour le coup a fait un effort et chez qui vous pouvez même aller voir la vidéo de présentation…

Pour ma part, je suis juste fier de vous offrir plus de photos que le Huffington Post qui se vante de je ne sais quelle exclusivité que je ne revendiquerai pas, malgré le titre de ce billet, pour ne pas passer pour un imbécile. Non mais.

Il me reste juste à vous dire que vous avez juste quelques semaines (dimanche 27 septembre) pour aller visiter cet espace étonnant, ce « parc thématique dont le thème principal est que les parcs thématiques devraient traiter de thèmes plus sérieux », selon les déclarations de son auteur principal dont j’ignore si Disney le laissera jouer impunément avec les oreilles de son personnage fétiche.

(photos : Adam Gray, Toby Melville, Suzanne Plunkett, Matthew Horwood, Yui Mok, Francis Clarke)

Des manèges de Dismaland à Mon manège à moi… Facile !

L’occasion de rendre à Marcel amont ce qui n’appartient pas à Edith Piaf.

Par :

  1. Marcel Amont, donc (en 1957)
  2. Edith Piaf (en 1958)
  3. Patachou (plus tard)
  4. Cœur de Pirate (pour éviter Étienne Daho et parce que je n’ai pas retrouvé la version de Jo Lemaire)