Innommable

Slide 1

Comme Aylan Kurdi, il avait un nom et 3 ans.

Comme Aylan Kurdi, il est mort à cause d’une guerre qui s’enlise chez lui depuis des années, bien avant sa naissance.

Mais les journaux de par chez nous n’ont pas publié la photo de Burhan Bashir Bhat porté par les villageois de Sagipora après que son père ait été tué sur le coup par les balles d’assaillants “non identifiés”. Ils n’ont même pas parlé de lui (pas plus que notre Premier ministre, trop occupé à recevoir le prince Albert, à féliciter le XV de France ou à honorer de sa présence la fête des associations de “sa ville” d’Evry…).

Burhan Bashir est mort samedi des suites de ses blessures. Il rejoint la longue liste des 60.000 personnes tuées du plus vieux conflit de la planète, au Cachemire, que se disputent l’Inde et le Pakistan depuis leurs indépendances en 1947…

Et peut importe que Burhan Bashir soit la plus jeune victime d’une guerre aussi con que toutes les autres. Sa mort ne changera absolument rien : ni à la folie meurtrière, ni à l’indifférence internationale.

(Photo : Dar Yasin, Nissar Ahmad)

Je sais bien que tout est relatif et question de point de vue.

Aussi, quand on parle ici de Cachemire, on pense plutôt aux pull-overs ou au mieux à Led Zeppelin.

Alors, puisque c’est lundi et rubrique accordéonesque, je vous ai trouvé cette version de Kashmir par le дуэт « ЛюбАня (duo LiubAnya) composé de Любовь Аханова et Анна Зуева (Liubov Akhanova et Anna Zueva).