Mais pas avec n’importe qui !

Slide 1
Slide 2
Slide 3
Slide 4
Slide 5
Slide 6
Slide 7
Slide 8
Slide 9
Slide 10
Slide 11
Slide 12
Slide 13
Slide 14
Slide 15
Slide 16
Slide 17
Slide 18
Slide 19
Slide 20
Slide 21
Slide 22
Slide 23
Slide 24
Slide 25
Slide 26
Slide 27
Slide 28
Slide 29
Slide 30
Slide 31
Slide 32
Slide 33
Slide 34
Slide 35
Slide 36
Slide 37
Slide 38
Slide 39

“The degree of monetary policy accommodation will need to be re-examined at our December monetary policy meeting.” (“L’intensité de la politique monétaire accomodante va devoir être réexaminée à notre prochaine réunion de politique monétaire en décembre.”)

“The asset purchase programme provides sufficient flexibility in terms of adjusting its size, composition and duration.” (“Le programme d’achat d’actifs est flexible en termes d’ajustement de sa taille, de sa composition et de sa durée.”)

“We are open to a whole menu of measures.” (“Nous sommes ouverts à un large panel de mesures.”)

Je vous jure que je n’invente rien. J’ai minutieusement collé ici ce que j’ai copié (traduction comprise) sur le site Boursorama, qui livrait ces déclarations du président de la Banque Centrale européenne, Mario Draghi, lors de sa conférence de presse d’hier sous le titre : “Le discours de Mario Draghi fait bondir les marchés boursiers.” Je n’invente rien non plus.

Personnellement, ce qui me fait encore bondir, c’est le cynisme des “opérateurs financiers” de notre planète. Mais ce n’est pas le sujet du jour. Pas plus que la conférence de presse de Super Mario. Et ne me demandez pas comment je suis arrivé jusqu’à ce discours. Juste un effet d’une pensée en arborescence et de la manière de “travailler” qui va avec…

Bref.

Les clowns d’Amérique latine tenaient jusqu’à hier leur 20e Convention internationale (Convención Internacional de Payasos) à Mexico.

Je n’ai trouvé aucun discours – de clôture ou autre – de cet événement (sujet classique de ce blougui, même si j’ai raté la convention de l’an passé). Et j’ai eu plus de mal que je ne pensais à trouver les photos du jour, le sujet intéressant visiblement moins mes confrères que la visite de Benjamin Netanyahu à Berlin. Au hasard, hein !, et sans amalgame avec les clowns.

J’ai quand même appris à ce sujet que l’un des points du programme de la convention était de “rire pour la paix”. Et que les quelques centaines de clowns réunis dans la capitale mexicaine durant 4 jours organisaient un rire-o-thon pour remédier à leur manière à la violence du pays, en aidant les gens à oublier.

Pas sûr que cela soit exportable et généralisable. Mais les occasions d’organiser des rire-o-thon ne manquent pourtant pas…

Et puis, quoi qu’il en soit, la photo de famille de la Convention nous change de bien des photos officielles dans d’autres costumes…

(photos : Alfredo Estrella, Ronaldo Schemidt, Henry Romero, Alejandro Ayala, Edgar López)

J’ai appris hier en préparant ce billet, que Julio Iglesias, qui vient d’enregistrer son 80e album… México, avait annoncé qu’il ne chanterait plus … dans les casinos de Donald Trump, qu’il a traité de “clown” (en s’excusant au passage pour les clowns) et aussi de “gilipollas” (qui selon les sources se traduit pas trou du cul, connard, voire pire…)

Je vous laisse écouter le clip (assez pitoyable et sportivement espagnol) tiré de l’album de Julioooo… et je vous propose plutôt de découvrir une de ses concitoyennes espagnole, Mara Aranda, dans un clip bien plus touchant, Vell Plaer, extrait de son dernier album Mare Vostrum.