Célébration

,

Slide 1
Slide 2
Slide 3
Slide 4
Slide 5
Slide 6
Slide 7
Slide 8
Slide 9
Slide 10
Slide 11
Slide 12
Slide 13
Slide 14
Slide 15
Slide 16
Slide 17
Slide 18
Slide 19
Slide 20
Slide 21
Slide 22
Slide 23

Comme l’abus de lumière bleue de nos écrans perturbe paraît-il notre sommeil ou l’abus de bleu-blanc-rouge nuit pourrait bien nuire à notre santé mentale, l’abus de focalisation sur une information risque aussi de nous faire oublier parfois l’essentiel…

Pour ma part, à force de résister à la folie – djihadiste puis médiatique (et passagère? ) – qui gagne mon pays depuis 10 jours, j’ai laissé passer plein d’informations en provenance du monde. Et j’ai raté la Journée mondiale de l’enfance vendredi dernier.

“Des journées mondiales il y en a tous les jours”, m’a fait remarquer vendredi soir une non lectrice… J’allais écrire “très justement remarquer” quand, vérifiant l’information, j’ai constaté hier qu’elle était erronée.

Comme quoi, la saturation d’informations peut aussi nuire à leur exactitude.

Bref.

Avec trois jours de retard donc, abcdetc célèbre aujourd’hui les enfants, leurs droits et nos devoirs envers eux.

Avec toujours l’espoir de la progression des consciences, même si depuis quelques années c’est surtout la pauvreté, la précarité ou l’exclusion qui progressent par chez nous (en attendant la “progression” des dépenses sécuritaires au détriment d’autres besoins vitaux…). Comme nous l’xplique cette infographie réalisée par Le Figaro et reproduite dans L’Humanité dans un bel exemple d’union nationale :

Je n’oublie pas ces enfants auxquels nous devons une certaine vérité d’agir. Pas seulement celle de leur faire dessiner les attentats, de se taire pendant une minute ou de chanter la marseillaise, mais de construire réellement une société aux valeurs démocratiques.

Je n’oublie pas non plus le message de Ban Ki-moon désirant “insister sur l’importance de veiller à ce que les engagements pris par la communauté internationale à l’égard des enfants s’étendent à un groupe d’enfants qui est trop souvent oublié ou négligé : ceux qui sont privés de leur liberté”. Et je pense aux 400 enfants de 11 à 17 ans détenus dans les prisons de l’état “démocratique” d’Israël (pourtant signataire de la Convention relative aux droits de l’enfant…)

Mais pour illustrer l’espoir que j’évoquais plus haut et célébrer les enfants, j’ai choisi des photos d’enfants migrants, aux portes de l’Europe où leurs familles espèrent trouver une vie moins pire.

Des migrants un peu oubliés par l’actualité de ces derniers jours, sauf pour dénoncer la menace qu’ils représentent.

Des enfants vivants, auxquels je souhaite de vivre. Dans le respect auquel ils ont droit. Et que nous pouvons tous aider à grandir.

Des enfants qui ont aussi envie de sourire.

Et de manger des bonbons, comme nous le montrent ces deux dernières images. L’une en provenance de l’île grecque de Lesbos et l’autre de la banlieue de Hambourg.

Un jour, je célébrerai la Journée mondiale de l’enfance avec une galerie de sucettes et de bonbons ! Comme je l’ai fait naguère pour les barbes à papa.

(photos : Yannis Behrakis, Santi Palacios, Win McNamee, Muhammed Muheisen, Milos Bicanski, Adam Berry, Alexander Zemlianichenko, Matthias Schrader, Petros Giannakouris)

C’est en recevant vendredi un courriel de Playing for change qui m’annonçait la mis en ligne de sa dernière vidéo “In ‘Celebration’ of Universal Children’s Day” que j’ai réalisé que j’avais laissé passer la date.

Mais il n’est jamais trop tard pour bien faire ni pour partager avec vous cette vidéo de Celebration. Avec même une mini mosaïque de … célébration. Dans une rubrique musiques du monde en musique qui mérite particulièrement bien son nom aujourd’hui.

Parce que célébrer renvoie au collectif, quand la célébrité est si souvent une affaire d’ego…

Avec :

    1. Les Étasuniens de Kool & The Gang, qui n’en finissent pas de célébrer leur 50e anniversaire, créateurs de la chanson en 1980.
    2. L’Australienne Kylie Minogue, toute festive en 1992.
    3. Les Polonais de PUZZLE Cover Band, spécialisés comme leur nom l’indique dans les reprises et qu’on réinvitera sur abcdetc
    4. Et bien sûr, les enfants enregistrés aux 4 coins du monde par Playing for change : Tommy Lee, Jorro, Juan Cruz, les enfants de Comedia musical Rio de la Plata, Felipe Zabalia, l’Orsquesta Escuela, Jose Lee et la Batukada “La 2” en Argentine, Zuri Agote, Bram, Paul, Xon et Rhyan Hill aux États-Unis, l’African children’s choir en Ouganda, Azul Oritiz en Espagne, Stephen Alva au Mexique…
      Belle.s journée.s à eux tous et à tous les enfants de notre monde.

Et à défaut de bleu-blanc-rouge sur f**k, j’adresse aussi une pensée en vert-jaune-rouge à mes amis maliens.