Vers la liberté

Slide 1
Slide 2
Slide 3
Slide 4
Slide 5
Slide 6
Slide 7
Slide 8
Slide 9
Slide 10
Slide 11
Slide 12
Slide 13

Il y a des jours où…

Je n’avais pas vraiment le cœur à l’ouvrage hier soir. Et les nouvelles du monde et de ses soubresauts ne m’ont guère donné l’envie d’aller explorer plus avant les images de ce monde. Une journée d’avent où l’on a envie de refermer la fenêtre.

Il y a même des années comme ça.

Aussi, plutôt que de parcourir les galeries de photos de mes confrères internationaux, j’ai fouillé dans les dossiers assez fouillis d’abcdetc.

Et retrouvé la tortue sur la plage de Puerto Quetzal, au Guatemala.

Une toute minuscule tortue qui a été relâchée à sa naissance par les marins de la Marine Nationale guatémaltèque, qui avaient pris soin d’elle pendant les 45 à 70 jours d’incubation de son œuf. Ce sont en tout 200 tortues qui ont regagné la mer au début du mois dernier et près de 2500 depuis cet été.

Pour partir se reproduire. En toute liberté.

Même si question reproduction je pense que je n’ai plus envie de faire de projets, la liberté m’a fait rêver.

Même minuscule.

(photos : Jorge Lopez, Johan Ordonez)

À propos de Guatemala, de reproduction, de nature et de liberté (entre autres et très sommairement), permettez moi de vous recommander d’aller voir Ixcanul (Volcan), le film magnifique de Jayro Bustamanteen qui “parle d’humanité”. Après son succès au Festival de Berlin, le film est en route pour les Oscars.

J’aurais bien aimé vous retrouver la très belle musique de Pascual Reyes qui accompagne le générique de fin, laissant au spectateur le temps de revenir à sa réalité.

Mais, faute e… je vous propose d’écouter une autre musique composée par le même, pour un autre film – mexicain – Flor de fango.

Historia de un amo.