2h35 de liberté !

Slide 1
Slide 2
Slide 3
Slide 4
Slide 5
Slide 6
Slide 7
Slide 8
Slide 9
Slide 10
Slide 11
Slide 12
Slide 13
Slide 14
Slide 15
Slide 16
Slide 17
Slide 18
Slide 19
Slide 20
Slide 21
Slide 22
Slide 23
Slide 24
Slide 25
Slide 26
Slide 27
Slide 28

“Je suis libre parce que je cours toujours”, a déclaré jadis Jimi Hendrix.

Ils étaient plus de 4.400 coureurs venant de 40 pays (dont 46% de coureuses et plus de la moitié de Palestiniens), à s’élancer hier matin dans les rues de Bethléem afin de participer au 4e Marathon de Palestine organisé par l’organisation Right to Movement.

Une manière de donner raison au guitariste mais surtout de protester contre l’occupation israélienne et les restrictions imposées aux habitants des “territoires”, parmi lesquelles l’interdiction de se joindre à la course signifiée à 102 habitants de Gaza, dont l’athlète olympique Nader al-Masri, vainqueur l’an passé.

En son absence, c’est le Sud-Africain Mervin Steenkamp qui a remporté l’épreuve en 2:35:26, tandis que la Suédoise Alicia Saavedra s’adjugeait la victoire chez les femmes, avec un temps de 3:30:40.

Mais peu importe le palmarès. Les 4.400 coureurs ont offert un moment de liberté à l’ombre du mur de séparation dans un pays où “la restriction de mouvement est l’un des défis majeurs pour un peuple vivant sous occupation”, comme le rappelaient les organisateurs.

Je ne sais pas quel temps il faudra pour que la communauté internationale reconnaisse et dénonce enfin cette occupation et qu’Israël accepte d’y mettre fin.

Les Palestiniens n’ont pas fini de courir… après leur liberté !

(photos : Darrian Traynor, Ahmad al-Bazz/Activestills.org)

Pas de reprise de ou par Jimi Hendrix, mais un hommage à Gianmaria Testa qui nous a quitté avant-hier.

J’ai eu la chance d’apprécier son talent à l’été 2013, dans un petit festival nocturne sur une colline dans la grande ville à côté de chez moi et je vous avais offert une de ses chansons dans la foulée, classée ensuite parmi les meilleures de l’année dans la rétrospective 2013.

Son site Internet annonce sobrement :

Gianmaria se n’è andato senza fare rumore.
Restano le sue canzoni, le sue parole.
Resta il suo essere stato uomo dritto, padre, figlio, marito, fratello, amico.

Gianmaria est parti tranquillement.
Reste ses chansons, ses paroles.
Reste son être, un homme droit, père, fils, mari, frère, ami.

Écoutez le vous présenter son dernier album, Men at Work, paru justement en 2013.

Avant, si vous le souhaitez, d’aller en écouter un peu plus sur la chaîne vidéo du chef de gare devenu chanteur.