Encore un peu d’air

Slide 1

Entre vacances et pensées en vrac.

Et le monde qui poursuit sa course.

Comme courent encore les enfants de Jobar dans la banlieue de Damas.

Des enfants oubliés, encore davantage que ceux qui s’échouent aux frontières de l’Europe. Frontières fermées aux migrants en fuite, mais tellement poreuses à l’argent, comme le faisait remarquer une pancarte dans le défilé de samedi.

Mais tant que volent les ballons, il y a comme un souffle d’espoir.

Encore…

Et j’ai besoin de ce souffle. Autant que le monde.

(Photo : Amer Almohibany)

Il y a aussi des ballons qui flottent dans le clip d’Aziza Brahim, qui chante elle aussi l’exil et les réfugiés, d’un pays qui peine tant à exister : le Sahara occidental.