Si vous pouviez m’épargner ?

, , ,

Slide 1
Slide 2
Slide 3

Il n’y a pas eu de publication sur abcdetc samedi dernier, pour cause de week-end chargé. Que les fidèles lecteurs (et lectrices, bien sûr…) veuillent bien m’en excuser.
Et, pour les mêmes raisons, le billet du jour sera …

… bref.

Mais dense. Puisqu’en trois photos seulement, je vous propose un petit tour autour de la planète et un diagnostic sur son état.

La première image nous vient de New-York où, vendredi dernier, les représentants de 175 pays ont signé l’accord sur le climat dont avait accouché, en décembre dernier, la Conférence de Paris sur le Climat (COP21). Un record, se félicitent le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon, ainsi qu’une presse joyeusement unanime.

Je me sens presque gêné de doucher un tel enthousiasme mais, plus qu’à un bouleversement des sales habitudes de pollueurs ou à une véritable révolution des consciences ou des pratiques économiques qui nous mènent à la catastrophe, j’ai l’impression d’assister à une vaste opération de communication. Ou à un enfumage, comme le craignent l’association Climat et Justice sociale et un collectif de signataires qui ont publié une tribune où ils rappellent qu’il y a loin de la parole aux actes et que les principaux pollueurs – États-Unis, Chine, Europe – n’ont pas vraiment programmé de changement de politique. Comme l’Arabie saoudite, où Barack Obama était justement en visite vendredi, ce qui l’a empêché de figurer (ainsi que son homologue chinois, tiens, tiens…) parmi les 60 chefs d’État et de gouvernement venus parapher à la tribune de l’Onu un texte qui reste à ratifier.

Ce qui a permis à John Kerry d’en rajouter une louche dans l’opération de comm, en venant signer avec sa petite fille Isabelle dans les bras. Ce qui n’est pas des plus pratiques pour tenir les stylo mais donne de belles images bien historiques. J’imagine la tête de la petite Isabelle dans 20 ans quand elle réalisera que son grand-père l’a gentiment instrumentalisée et lui a menti…

Obama à Ryad donc, dans un joli numéro d’équilibriste avec ses “alliés” saoudiens qui menacent de lui faire exploser 750 milliards de bons du trésor étasunien si son pays vient leur chercher des histoires avec des leur responsabilité dans les attentats du 11 septembre, puis Obama en Europe, avec un passage chez les Anglais pour leur prédire la ruine s’ils quittent l’Europe, puis par Hanovre, pour discuter avec la chancelière Angela Merkell de libre échange et défendre le Partenariat transatlantique de commerce et d’investissement (TTIP).

Comme quoi, même si on manifeste plus à Hanovre (deuxième photo) qu’à Ryad, il est plus facile de défendre le libéralisme en Allemagne que la démocratie en Arabie saoudite…

Et que questions promesses qui n’engagent que ceux qui y croient, les tenants de ce traité tellement peu démocratique et largement antisocial n’hésitant pas à faire miroiter un véritable miracle avec sa signature, qui entraînerait un gain de 120 milliards d’euros pour l’économie européenne, de 90 milliards pour l’économie étasunienne et de 100 milliards pour le reste du monde, il faudra sérieusement peindre cette aubaine de croissance en vert pour qu’elle n’entraîne pas une nouvelle augmentation de pollutions industrielles diverses et devienne un obstacle de plus vers la fameuse limitation à 2°C du réchauffement planétaire.

Ce qui nous amène (enfin, je m’aperçois que je me suis laissé emporter) à la troisième photo, sur laquelle on voit l’artiste taïwanais, Chin Chih Yang, se livrant vendredi dernier à une performance au milieu de 30.000 canettes de boissons diverses et non réellement identifiées, pour encourager le recyclage et la préservation des ressources.

Joli geste, tout aussi symbolique que la signature de l’Onu, mais plus remarquable par son côté artistique. Même si je me désolidarise totalement du titre que Chin Chih Yang a donné à son “œuvre” : Kill Me or Change.

Car, bien qu’ayant plus qu’un sérieux doute sur la réelle capacité de changement des habitants du monde et de leurs “responsables” politiques, j’aimerais quand même que nous trouvions le moyen de (sur)vivre.

(Photos : Jewel Samad, Kai Pfaffenbach, Ritchie B. Tongo)

Les médias du monde entier en ont fait des tonnes sur la mort de Prince. Et abcdetc a participé avec quelques grammes

Je m’en veux de ne pas avoir salué aussi bas Allen Toussaint qui nous a quitté le 9 novembre dernier.

(Photo : Gerald Herbert)

Il a fallu que je croise cette photo prise lors d’un hommage qui lui a été rendu au New Orleans Jazz and Heritage Festival pour que je corrige – enfin – mon erreur.