Les mots sont importants

,

Slide 1

Hier matin je suis parti travailler trop tôt et j’ai raté le “grand théoricien du post-colonialisme” Achille Mbembe à la radio

J’ai donc réécouté son intervention le soir, et notamment le passage – que m’avait signalé mon collègue – où il renvoie à la lecture des sources son contradicteur, qui lui reproche de comparer la situation imposée en Palestine au régime d’apartheid en vigueur en Afrique du Sud jusqu’en 1991.

Comme j’écris en différé, contrairement au pauvre chroniqueur libéral de gauche qui s’exprime en direct chaque matin à 7h55 et après, j’ai pu chercher les sources, jusqu’à une étude sobrement intitulée Apartheid Israel: The Politics of an Analogy, dans laquelle, me traduit obligeamment Le Monde, Achille Mbembe a écrit :

“Je parie qu’en Palestine, il serait extrêmement difficile de trouver une personne qui n’ait pas perdu quelqu’un de proche, un membre de la famille, un ami, un parent ou un voisin. Qu’il serait extrêmement difficile de trouver une personne qui ne sait pas ce que le mot dommages collatéraux’ signifie vraiment… Je parie volontiers que c’est pire que dans les bantoustans sud-africains d’hier.”

… et où sont cités l’archevêque Desmond Tutu et d’anciens combattants de lutte d’ascendance juive comme Ronnie Kasrils, évoquant des conditions de vie en Cisjordanie et à Gaza “pires que celles en cours sous l’apartheid”.

Nous y voilà…

Mais il y a des mots qu’il est interdit de prononcer, sauf peut être si l’on est Israélien. Puisque la majorité d’entre eux se déclarent en faveur d’un régime … d’apartheid !

Bref.

Une statue géante de Nelson Mandela a été inaugurée le 26 avril dernier à Ramallah, capitale de l’administration palestinienne.

Tout un symbole, offert par la mairie de Johannesburg (où enseigne Achille Mbembe), jumelée avec celle de Ramallah, mais que les autorités israéliennes ont peu apprécié. Les douaniers ont conservée la statue pendant un mois pour “examen” avant de réclamer, selon les Palestiniens, des droits de douane équivalents à 10 fois le prix de la statue. Une forme de racket. Un rappel du pouvoir de l’occupant.

Du haut de ses 6 mètres de bronze, Madiba veille désormais sur le devenir de la Palestine.

Et, me souvenant qu’en 27 ans de prison , Mandela est passé de “terroriste” à Prix Nobel de la Paix, j’espère qu’au delà du symbole se réalise un  jour son souhait quand il disait : “Notre liberté est incomplète sans celle des Palestiniens.”

(Photo : Mohamad Torokman)

Les sources m’ayant quelque peu noyé, j’ai pioché la musique du jour au hasard.

Juste pour le plaisir, voici donc Marta Gómez (accompagnée de Martirio, Andrea Echeverry et Anat Cohen) chantant Manos de Mujeres.