Un fragile équilibre

, ,

Slide 1

Encore une photo symbolique.

Un barbecue au milieu de cendres, alors qu’on a plutôt l’habitude d’un spectacle inverse.

Une photo en provenance de la région de Fort McMurray, où le pire a été évité nous apprend-on, puisque la majeure partie de la ville reste debout, même s’il faudra attendre encore quelques semaines pour que les habitants reviennent.

Si l’on ignore encore les origines de ce gigantesque incendie, il n’est pas forcément une question de barbecue. Et si certains médias (comme les habitants) se réjouissent de l’aide de la météo et de “dame nature” dans la victoire – encore relative – contre la “bête”, d’autres voix se font entendre pour pointer une autre bêtise.

Dans Fort McMoney, le journaliste David Dufresne dénonce cette ville symbole de la folie des hommes (nous), autrefois petit village entouré de forêts, devenu le plus vaste chantier industriel avec la ruée vers l’extraction des sables bitumineux (et la dévastation de la forêt et du territoire), destinés à satisfaire notre avidité, notre toxicomanie, “l‘addiction suicidaire de notre civilisation aux énergies fossiles”…

Le webdoc de David Dufresnes se regarde et se joue par ici. Quant au documentaire du même nom, Arte le rediffusait hier soir… après minuit. Loin de trop de regards.

La vie va donc reprendre à Fort McMurray ainsi que l’extraction de cet or noir dont nous avons tellement besoin. Et tant pis si tout cela participe au réchauffement climatique, qui entraîne des “anomalies” comme El Niño, qui amplifie les catastrophes, naturelles ou pas trop… dans ce monde fou qui pourrait en avoir conscience mais qui ne préfère pas.

Tant qu’il y aura de l’essence pour les moteurs et la croissance, on ne s’occupera pas des freins.

La seconde photo du jour n’a aucun rapport. Même si…

Elle n’a pas été prise dans les fumées de Fort McMurray mais dans les brumes de Taishou, en Chine où se déroulait ce week-end la 3e édition du tournoi international de funambulisme, réunissant, à 400 mètres au dessus du vide, 16 participants venus de 10 pays.

C’est Nathan Paulin, un Français, qui a gagné. Et qu’abcdetc félicite…

Personne n’a perdu l’équilibre. Aucun participant n’est tombé.

À la différence de notre monde… À l’équilibre si fragile et qui poursuit sa chute.

(photos : Chris Wattie, Wang Huabin)

Si j’avais trois vœux à réaliser offert par un génie quelconque ou une fée moins quelconque j’espère, je demanderais une conscience pour le monde et qu’il retrouve son (ses) équilibre(s). Ça ferait deux. Et je me garderais le troisième pour moi…

À tes souhaits, c’est le titre de ce bien beau morceau de Matthieu Chedid interprété par la chanteuse cubaine et violoniste suisse (ou l’inverse) Yilian Cañizares, magistralement accompagnée ici par la douce trompette d’Ibrahim Maalouf.