Boulevard des crépuscules

Slide 1
Slide 2

Hier soir, entre le travail qui me paye et ce blougui, je me suis offert une séance de cinéma pour aller voir Boulevard, le dernier film où joue Robin Williams. Un film qui vaut surtout par cette dernière performance d’acteur qui résonne avec tellement de mélancolie.

Rentré chez moi et en regardant les photos du jour chez mes confrères, je me demandais de quoi j’allais bien pouvoir vous parler, bercé de cette mélancolie qui n’avait pas qu’à voir avec le film.

Et j’ai croisé Greta Schwartz, ancienne actrice quarantenaire reconvertie en patronne du Red Sky Cafe à Seaville, qui a entrepris de marcher depuis chez elle jusqu’à Trenton, capitale de l’État du New Jersey (soit 100 miles ou 160 kilomètres) en tirant un cercueil sur lequel est inscrit le mot “Revolution”.

Dans cette époque où les idéaux révolutionnaires semblent enterrés ou en passe de l’être, à Cuba ou au Venezuela, où toute idée quelque peu utopique est taxée d’archaïque, et où triomphe le réformisme au service de la pensée unique et tellement libérale, je me suis dit que la (dé)marche de Greta Schwartz avait du sens. Même si elle avait quelque chose de minimal, c’était beau de voir la révolution (encore) en marche.

Et puis, en lisant la légende qui accompagnait la photo ainsi que quelques articles, dont le seul en français sur le site Funéraires Infos (sic), j’ai appris que Greta Schwartz avait aussi inscrit sur son cercueil les noms de 70 personnes qu’elle ou son entourage ont connues et qui se sont suicidées.

Comme Robin Williams ou Patrick Dewaere ou Nino Ferrer ou Achille Zavatta ou André Gorz ou tant d’autres. Ou ces proches qui ont endeuillé ma famille. Ou ces amis auxquels je pense encore.

Et je n’ai plus su quoi vous dire.

Sauf que, par son geste, Greta Schwartz souhaite alerter une opinion publique qui se préoccupe tellement peu de santé mentale, dans un monde fou.

(photos Mel Evans)

Parmi mes remèdes à la mélancolie, figure en bonne place un certain Robert Charlebois. Et ça tombe bien : nous sommes le 2 juin.