En marche ?

Slide 1

Mardi, la presse s’est empressé de parler d’un homme sans intérêt, sauf le sien, et de sa démission d’un poste où il n’avait pas fait grand chose…

Mais ça c’était en France, et abcdetc porte son regard sur le monde. N’empêche que mes oreilles ont sifflé toute la soirée de cet homme qui marche, pour aller on ne sait trop où, et qui a tellement moins de valeur(s) que celui d’Alberto Giacometti.

Mardi, en Méditerranée, 3000 migrants étaient encore secourus après le sinistre record de la veille où on en dénombrait 6500 ! Mercredi ils étaient encore près de 2000. Un décompte interminable. Des “démissionnaires” en masse qui n’ont pas eu de place proportionnelle dans les médias. Des réfugiés en marche aussi. En masse.

Et aujourd’hui encore, je pense à ces exilés de la guerre, de la faim, de la misère, de l’exploitation, du désespoir. D’un monde qui marche … de travers.

Et je sais juste que ce ne sont pas les idées libérales du personnage médiatique qui redonneront de l’espoir à ces milliers d’hommes et de femmes. Et d’enfants.

Silence, on coule…

(Photo : Emilio Morenatti)

Je sais bien que certains me taxeront d’amalgame, voire pire.

Mais parfois, les actualités qui se télescopent me percutent. Souvent.

Parmi les autres télescopages, celui du décès de Marc Riboud hier, auquel abcdetc avait déjà rendu hommage jadis avec une longue série d’images, à laquelle j’ajoute aujourd’hui celle-ci, prise au Ghana dans les années 60, au moment d’une décolonisation toujours inachevée

… et celui, dimanche, du chanteur mexicain Juan Gabriel (né Alberto Aguilera Valadez), vénéré dans son pays où on le surnommait “el divo” (masculin de diva) et dont j’ai appris l’existence hier seulement, en découvrant les hommages au pied de sa statue à Mexico.

(Photo : Carlos Jasso)

Ya Lo Sé Que Tú Te Vas…