La mémoire et la mer

Slide 1

Dans le flot d’informations qui parfois me submergent (comme vous?), il en est qui m’échappent. Effet de la modernité d’un monde tellement trop connecté qu’il s’embrouille parfois les synapses. Comme moi.

Ainsi, je n’ai appris qu’hier que s’était déroulée, lundi 3 octobre, la première “Journée nationale de la mémoire et de l’accueil” qui commémore le naufrage de Lampedusa qui, il y a trois ans, causa la mort de 366 personnes.

Une par jour de l’année !

Et ce lundi encore, 9 personnes sont mortes dans les eaux de la Méditerranée. Mais plus de 6000 ont pu être secourues.

Comme l’homme de la photo.

Grâce aux efforts quotidiens de Médecins sans Frontières, SOS Méditerranée, Save the Children, Sea-Eye, ProActiva Open Arms… et d’autres sans doute que n’a pas énuméré l’afp.

Et moi, dans le flux et le reflux de pensées en tous genres, je me suis juste arrêté un moment pour ne plus penser à rien. Ou à trop de choses. Dire le peu, faire le peu. Aider la main tendue. Désespérer. Espérer.

(Photo : Aris Messinis)

Puis écouter un peu de musique. Et la voix de Haymanot Tesfa, comme une vague ou une houle, interprétant une chanson traditionnelle éthiopienne (Tezeta ou Ambassel ?), trouvée par hasard. Et comme de circonstances. Une chanson de chaque jour…