Le sens des valeurs

Slide 1

Pendant que le monde entier (à vérifier…) se passionnait (à vérifier…) pour le dénouement d’une élection nauséabonde (confirmé…), certains opportunistes ont dû bien en profiter.

Ainsi le Premier ministre indien, Narendra Modi, a-t-il annoncé mardi soir dans une allocution télévisée que les coupures de 500 et 1000 roupies n’auraient plus de valeur à partir de minuit le même jour, et qu’elles seraient remplacées, à partir d’aujourd’hui, par de nouveaux billets de 500 et … 2000 roupies.

Soit 24 milliards de billets à échanger d’ici à la fin de l’année sous peine de voir leur valeur ramenée à celle du papier.

Cette démonétisation surprise a pour objectif “de briser l’emprise de la corruption et de l’argent noir”, a expliqué Narendra Modi, qui s’est voulu rassurant : Les femmes au foyer avec une petite épargne et les fermiers n’ont pas à se préoccuper. Les personnes qui retirent de l’argent des banques n’ont pas à s’inquiéter.” Avant de se montrer plus menaçant : “Si vous possédez de l’argent d’origine criminelle, alors vous avez un sérieux problème…”

Si l’opération a posé elle aussi de sérieux problèmes (queues aux guichets automatiques, impossibilité de dépenser les “anciennes coupures…), le gouvernement indien espère qu’elle portera ses fruits dans la lutte contre l’évasion fiscale, déjà passible de 10 ans d’emprisonnement depuis l’arrivée de Modi au pouvoir. Selon les estimations de l’ONG étasunienne Global Financial Integrity, 439 milliards de dollars sont sortis illégalement d’Inde entre 2003 et 2012. Cela devrait permettre également de “formaliser” une partie de l’économie informelle d’un pays dont moins de 3% des habitants déclarent leurs revenus, selon les chiffres officiels !

Même si l’opposition critique la décision de Modi, arguant du fait que les plus gros échanges sont dématérialisés, je trouve l’idée intéressante et elle pourrait inspirer pas mal de collègues de Narendra Modi de par le monde. Pour démonétiser ce qui ne devrait pas avoir de valeur spéculative ou dévaluer quelques produits de première nécessité devenus inaccessibles : nourriture, logement, enseignement, santé…

Et l’on pourrait aussi en profiter pour réévaluer certaines valeurs, un peu malmenées.

(photos : archives – DR)

Si la démonétisation indienne annoncée mardi soir est passé à l’arrière plan d’une actualité à peine trop focalisée, le concert des Normandy All Stars le même soir au Havre n’avait lui aucune chance de figurer nulle part.

Sauf dans les pages locales de Ouest France et sur abcdetc… qui tient lui aussi à rendre hommage à Laurent Pardo, bassiste du groupe qui accompagne notamment Elliott Murphy dans ses tournées européennes.

Coup de cœur et coup de chapeau !