Pour oublier ?

Slide 1
Slide 2
Slide 3
Slide 4
Slide 5
Slide 6
Slide 7
Slide 8
Slide 9

“Les 2016 misent plus sur l’élégance que sur la puissance et conservent un parfait équilibre entre acidité, fruits et structure, entre fraîcheur et gourmandise.”

Cette citation en exergue ne vient pas d’un commentaire politique sur les candidats tellement primaires de la droite tellement plurielle mais du site officiel de promotion des Beaujolais nouveaux (oui, on en parle maintenant au pluriel).

Si les ventes de la plus célèbre boisson à la banane du monde ont une certaine tendance à se tasser, la folie du Beaujolais nouveau perdure dans pas mal d’endroits (110 pays, affirme la même source) : dans la grande ville à côté de chez moi bien sûr, au coin de ma rue jeudi dernier où je ne suis pas allé chanter avec les imbibés de fin de soirée, aux États-Unis, en Allemagne (parmi nos plus gros clients) et bien sûr au Japon, traditionnel premier importateur, avec quelques 7 millions de bouteilles cette année.

Dont certaines ont fini dans un des spas du complexe hôtelier Hakone Kowakien Yunessun, à une centaine de kilomètres de Tokyo où, durant deux semaines, les clients pourront se désaltérer tout en pataugeant dans un liquide à 37°. De l’eau, essentiellement, dans laquelle sont déversées quelques litres seulement de bibine.

Même dilué, il paraît que les Japonaises raffolent des bains au Beaujolais, “bons pour la peau et relaxants”, comme l’a confié une cliente du Hakone Kowakien Yunessun à la presse locale, selon laquelle Cléopâtre de dédaignait pas de se baigner dans du vin rouge. Entre deux bains au lait d’ânesse ?

Les habitués des spas nippons peuvent également goûter à d’autres saveurs balnéaires, puisque l’établissement propose tout au long de l’année de “goûter” d’autres crus, comme des Bordeaux, ou différents “breuvages” : café, thé vert, saké, wasabi ou même chocolat à l’occasion de la Saint Valentin.

Je ne sais pas si c’est bon pour la peau ou même pour le moral. J’espère qu’jourd’hui ces images seront au moins bonnes pour votre sourire.

(Photos : Toshifumi Kitamura, Oh Hyun, Franck Robichon, Thomas Peter)

Si les Japonais prennent toujours leur coup de Beaujolais annuel dans le nez, depuis quelques jours, le rêve américain a pris un sérieux coup dans l’aile…

Transition audacieuse.

Pour relancer l’amitié franco-étasunienne, j’ai donc exploré ma mémoire et Internet et (re)trouvé quelques pépites.

Avec :

  1. Joe Dassin : L’Amérique
  2. Sheila : Le Folklore américain
  3. Julien Clerc : La Californie
  4. Eddy Mitchell : Sur la route de Memphis
  5. Nicolas Peyrac : So far away from L.A.
  6. Yves Simon : J’ai rêvé New-York
  7. Téléphone : New-York avec toi
  8. Michel Fugain et Maxime Leforestier : Sans Fransisco
  9. Les Satellites : Les Américains
    Merci pour cette dernière trouvaille à mon confrère (et meilleur dessinateur que moi), Bar, dont je vous encourage à aller voir le travail sur son blog.