Dar ce sunt poliția ?

Slide 1
Slide 2
Slide 3
Slide 4
Slide 5
Slide 6

Dans un mois, nous serons à la veille de Noël.

Nos frigos seront aussi pleins que nos comptes en banques seront vides après un mois (voire plus) de folie consumériste et de fièvre acheteuse pour dénicher des cadeaux dont plus d’un tiers décevront leurs destinataires dont on ose espérer qu’ils apprécieront au moins les huitres et le foie gras…

Quant au – petit – Jésus, il semble avoir de moins en moins de rapport avec Noël.

Guère plus que les photos du jour de ces barbus roumains, lesquels défilaient mardi dernier dans les rues de Bucarest parmi un millier de leurs collègues policiers. Leur barbe vénérable faisait plutôt référence au grand âge de leur départ en retraite dont ils demandent qu’il soit abaissé de 65 à 60 ans.

Une revendication pas vraiment dans l’air du temps, dans une Europe vieillissante où la tendance est plutôt au recul, plus ou moins progressif, de l’âge du départ à la retraite dans pas mal de pays : Allemagne, Autriche, Bulgarie, Danemark, Espagne, Estonie, Grèce, Hongrie, Lettonie, Lituanie, Malte, Pays-Bas, Pologne, Portugal, République tchèque, Roumanie, Royaume Uni, Slovaquie (voir ici entre autres).

Et en France, bien sûr. Où le pire n’est pas encore bien sûr.

Sans préjuger de la satisfaction ou de l’insatisfaction des revendications des policiers roumains (en l’absence notamment d’informations en français sur le moteur de recherche de référence tout juste bon à produire une version roumaine du titre du jour), j’ai peur que, sur l’air de la comparaison habituelle avec les différents modèles qu’on veut bien choisir à l’occasion, ils rendent un mauvais service à leurs collègues des autres pays.

Car si un policier peut travailler jusqu’à 65 ans à Bucarest, pourquoi ne le pourrait-il pas à Paris ?

Je suis soulagé de savoir qu’aucun des candidats primaires de la droite ne fréquente ce blougui. Ça aurait pu donner des idées aux deux chasseurs de fonctionnaires : augmenter le nombre de policiers pour répondre “au besoin de sécurité des Français” sans une seule embauche, en reculant juste le départ à la retraite de 52 ans actuellement (ou 57 pour ceux qui n’ont pas 27 années de service actif) à 65 ans. Comme les Roumains.

Avec effet rétroactif ?

Le tout pour compenser la baisse des recettes fiscales consécutive aux cadeaux accordés aux plus riches. Qui ne font pas partie des 35% de déçus et ne les revendront pas après Noël.

(Photos : Daniel Mihailescu, Andreea Alexandru)

Contrairement à abcdetc, Les Éléphants bizarres est bien un groupe roumain qui s’est choisi un titre français.