Le changement c’est pour quand ?

,

Slide 1

Il y a des choses qui semblent immuables.

Comme la photo du jour, qui ressemble tellement à celles prises les années précédentes à Davos (voir ici sur le billet d’il y a presque un an jour pour jour…) et la richesse de ceux qui fréquentent ce forum pour discourir sur l’économie … des autres.

Évidemment, en 46 ans de retrouvailles entre responsables, dirigeants et autres donneurs de leçons, il y a eu quelques renouvellement de têtes et quelques changements de détails.

Par exemple, la présence policière et militaire pour protéger tout ce beau monde a sérieusement augmentée (ambiance terroriste oblige) et le montant de la facture suit, passant cette année de 8 à 9 millions de francs (suisses bien sûr).

Un autre chiffre est par contre à la baisse : celui du nombre de milliardaires possédant autant que la moitié de leurs “semblables” terriens. que dévoile l’ONG Oxfam chaque année à la veille de l’ouverture du sommet. L’an passé ces hyper-possédants (dont le patrimoine est donc égal à celui de 3,6 milliards de – beaucoup – moins favorisés) était passé de 80 à 62. Cette année ils ne sont plus que 8 !

On peut donc tous les citer, avec l’aide de l’AFP qui a réalisé une belle infographie, situant même les plus pauvres.

Les plus accros à facebook se réjouiront de la bonne place de leur patron et propriétaire de leur vie privée, qui envisagerait même de briguer la présidence des États-Unis. Pour succéder à ce “minable” de Trump, qui a besoin de la fortune cumulée de son cabinet pour égaler le patrimoine de seulement un tiers de ses con-citoyens ?

Bref. Je m’égare. Mais quand il s’agit de grosses sommes, je suis toujours un peu perdu avec les zéros…

Pourtant, malgré cette confiscation grandissante de la richesse par quelques-uns, tout n’est pas désespéré. C’est ce que veut nous rappeler . Dans une tribune publiée par Le Monde, Winnie Byanyima, la directrice d’Oxfam, s’indigne bien sûr des inégalités endémiques et de l’impuissance (réelle ou volontaire) des différents gouvernements à agir contre la spéculation financière ou autres “optimisations” fiscales. Mais, dans le même temps, elle nous rappelle que “les inégalités ne sont pas une fatalité [et que] nous avons le talent, l’imagination et les compétences nécessaires pour rendre ce monde meilleur”.

Joignant le geste à la parole, Oxfam a lancé une pétition, pour appeler notre futur président de la République à “prendre le parti de la solidarité” en s’engageant à “réduire les inégalités”. Pétition dont votre serviteur a eu l’honneur d’être le 3788e signataire.

Eh oui, seulement.

Moi aussi j’ai comme un doute sur la capacité de nos candidats, mais on fait ce qu’on peut. En attendant une hypothétique révolution. Ou un probable effondrement…

(Photo : Gian Ehrenzeller)

Puisque nous sommes en Suisse…

Si vous demandez à google de vous présenter quelque “chanteuse suisse”, il vous proposera Tina Turner, Marie Laforêt (toutes deux naturalisées citoyennes helvétiques), mais aussi … Patrick Juvet ! natif de Montreux, mais quand même.

Bref. Tout le monde peut se tromper.

Pour ma part, je vous propose de découvrir Emel Aykanat, qui a représenté jadis la Suisse à l’Eurovision, et poursuit une carrière éclectique sous son simple prénom. Sans renier ses racines.