Le savoir est une arme

Slide 1
Slide 2
Slide 3
Slide 4
Slide 5
Slide 6
Slide 7
Slide 8
Slide 9
Slide 10
Slide 11
Slide 12
Slide 13
Slide 14
Slide 15
Slide 16
Slide 17

Je n’ai pas beaucoup fait d’études supérieures. J’en complexe encore parfois ou je m’en défend. Notamment lorsque certains esprits bornés me demandent encore quel est mon “niveau” et que je leur réponds “bac + 38” (oui, j’ai été bachelier en 1979).

Bref.

J’ai quand même quelques lecteurs diplômés, dont même deux doctorants, et je crois bien que ma toubib qui fréquente régulièrement ces pages a même “fait médecine”.

Mais revenons aux deux doctorants, qui poursuivent leurs efforts de recherche en sciences humaines, avec (une fois encore) tous mes encouragements à cette poursuite, parfois impitoyable. Je suis toujours surpris en effet d’entendre les échos du (petit) monde universitaire où règnent les combats de chefs, les luttes de pouvoir, les coups plus ou moins bas, les guerres de clans et de pensées. J’en passe. Et je déplore, autant que je m’en étonne, cette inhumanité qui semble régner dans ce domaine des sciences, dites humaines.

Science sans conscience… disait l’autre.

Et à propos d’inconscience, j’ai toujours une certaine pitié pour ces guerres intestines de l’Université, qui sont tellement de nature à la distraire de combats plus urgents : la défense du savoir, de sa transmission, de son accès universel. J’en passe.

À Mossoul, toujours pas complètement vidée des combattants de Daech, l’université a été “libérée”. Mais quand on voit les images du reportage d’Ahmed Jadallah, on se demande avec effroi quand il sera à nouveau possible d’y enseigner et d’y apprendre : bâtiments effondrés, plafonds et sols éventrés, salles de cours dévastées, bibliothèque incendiée avec des milliers d’ouvrages partis en fumée… Les seuls vestiges intacts qu’on distingue sur les photos sont des coques qui semblent destinées à fabriquer des bombes. Sinistre science appliquée !

Aussi, en proposant ces tristes images aux lecteurs de ce blougui, j’ai juste envie de rappeler que “le savoir est une arme” qu’il serait juste que les “savants” ne retournent pas contre leurs pairs.

Il y a tant d’autres combats à mener ailleurs.

(photos : Ahmed Jadallah)

On a toujours quelque chose à apprendre.

Je n’ai longtemps connu la phrase qui me sert de titre aujourd’hui que comme un slogan inscrit sur l’un des sweets de mon fils.

Mais j’ai découvert hier la chanson, dont je me doutais un peu qu’elle allait avec, mais que mon rapport ténu au rap m’avait fait ignorer jusqu’ici.

Mea culpa, donc.

Appréciez (comme moi) Dooz Kawa dans Le Savoir est une arme :