Comparaison n’est pas raison

,

Slide 1

La dernière fois que j’en ai parlé, le compteur des visites sur abcdetc a explosé :

Mais beaucoup de ces “visiteurs” se sont intéressés davantage à l’exploration de mes archives qu’à cet article où j’évoquais le déménagement possible de l’ambassade étasunienne de Tel Aviv à Jérusalem, en citant bien sûr Donald Trump.

Bref, en attendant de voir sir ce pic se reproduit…

La photo du jour a été prise mardi 7 février, à Amona, colonie israélienne en Cisjordanie, tellement illégale que même la Cour suprême israélienne a ordonné l’évacuation de ses 200 à 300 habitants et la destruction de leurs maisons.

Alors, Tamar Nizri, l’une des habitantes, pleure.

Elle – et ses congénères – devraient vite se consoler, puisque le gouvernement de Benjamin Netanyahu, après avoir autorisé la construction de 3.000 nouvelles unités d’habitation en “Judée Samarie” (traduire Cisjordanie ou Palestine…), a fait voter lundi dernier une loi légalisant les colonies… Le vol de terre sous couvert de la loi !

Les 40 maisons d’Amona ont donc été détruites au bulldozer, banalement, comme le sont si souvent les maisons “illégales” de Palestiniens accrochés à leur terre.

Plus au sud, à Gaza, c’est au bombardier que l’armée israélienne détruit de nouveau. Deux premiers raids aérien ont eu lieu lundi, en représailles à un “tir de projectile” depuis la bande de Gaza.

Et dix-neuf attaques au total ont été dénombrées depuis !

Il y a vraiment de quoi pleurer… De rage !

(Photos : Abir Sultan, Mohammed Abed)

J’ai eu beaucoup de mal à retrouver la vidéo du jour, dont pourtant beaucoup de mes confrères disaient le plus grand bien (comme dans cet article de La Croix), mais sans en donner le lien ni l’intégrer dans leurs articles. Sauf le Times of Israël. Mais malheureusement, la vidéo avait disparu et youtube avait clôturé le compte associé.

Est-ce- à cause de l’arrestation de son auteur, Adel Meshoukh, par le Hamas, pour avoir osé critiquer les coupures d’électricité qui touchent la bande de Gaza ?

J’espère que cette vidéo ne disparaîtra pas trop vite et surtout qu’Adel Meshoukh recouvrera sa liberté, comme ses millions de compatriotes !