Good vibrations

Slide 1
Slide 2
Slide 3
Slide 4
Slide 5
Slide 6
Slide 7
Slide 8
Slide 9
Slide 10
Slide 11
Slide 12
Slide 13
Slide 14
Slide 15
Slide 16
Slide 17
Slide 18
Slide 19
Slide 20
Slide 21
Slide 22
Slide 23
Slide 24
Slide 25
Slide 26
Slide 27
Slide 28
Slide 29
Slide 30
Slide 31
Slide 32

Nul n’est prophète en son pays. Pour les présidents, ce proverbe peut aussi être valable à l’export…

Déjà bien contesté par les Étasuniens depuis son élection (tout à fait légale selon un processus électoral démocratiquement tout à fait contestable), Donald Trump est loin de n’avoir que des amis à l’étranger.

Après les mouvements de protestation dans les pays visés par la muslim-ban, ce sont les Mexicains qui ont manifesté en masse ce week-end. Leur président, Enrique Peña Nieto, avait ouvert la voie de la révolte en décidant d’annuler sa visite à Washington, prévue le 31 janvier dernier ; dimanche, ils ont été plusieurs dizaines de milliers, à Mexico comme dans d’autres villes du pays, à dénoncer l’arrogance de leur voisin du nord, son rejet obsessionnel à leur égard et sa volonté réaffirmé de construire un mur entre les deux pays. Aux frais du Mexique…

“Il est temps que, nous, les citoyens, nous unissions nos forces et nos voix pour manifester notre rejet et notre indignation face aux intentions du président Trump, tout en cherchant des solutions concrètes au défi que celles-ci impliquent”, avaient déclaré les organisateurs de ces grands rassemblements, réunis sous la bannière “Vibra México” (Vibre, Mexique). Plusieurs manifestants arboraient des pancartes au langage moins diplomatiques (et en anglais pour mieux se faire comprendre).

Je ne vais pas vous traduite tous les “Fuck you” ou “Kiss my ass” que mon regard a croisé en préparant cette rétrospective photographique. Juste relayer les propos de plusieurs manifestants, lus ici ou là, réclamant “plus de ponts et moins de murs”. Une devise chère à votre blougui préféré.

À propos de mur, la manifestation de Mexico s’est terminée par l’érection d’un mur symbolique au pied de l’Ange de l’Indépendance (El Ángel de la Independencia).

Qui m’a rappelé une photo qui commençait à moisir dans les archives d’abcdetc :

Une photographie de Carlos Barria qui a bien de la chance d’être argentin, sinon il risquait la reconduite à la frontière, comme des centaines de personnes ces derniers temps

(Photos : Juliana Fregoso, Ronaldo Schemidt, Ulises Ruiz Basurto, Hector Guerrero, Christian Palma, Cesar Rodriguez, DR, Carlos Barria)

Merci aux Beach Boys pour titre du jour. Mais comme nous ne sommes pas samedi, il n’y aura pas de mosaïque nostalgique.

Quoi que.

Pour souhaiter bonne chance dans l’au-delà à Al Jarreau, mort dimanche après plusieurs jours d’hospitalisation pour épuisement avancé, je vous propose deux titres : le premier dans un registre vocalisant où il excellait, le second, plus pop et tirant sur la variété, mais accompagné d’un joyeux dessin animé :