Handicap international

Slide 1

Contrairement à certaines apparences, la photo du jour n’a aucun rapport avec celle d’hier.

Quoi que…

Si 4000 kilomètres environ séparent les rivages libyens des environs de Mossoul, ils deviennent aussi invivables les uns que les autres.

Alors que la reprise de la “capitale” de l’État islamique est entrée dans une phase terminale dont personne n’ose prédire la fin et que 700.000 habitants de la partie ouest de la ville “se terrent” chez eux, plusieurs milliers d’autres ont réussi à fuir.

Dans quelles conditions ?

À voir ces deux fauteuils abandonnés dans la fuite, on imagine que l’exode est périlleux.

Je n’ai pas trouvé de photos de leurs propriétaires. J’espère pour eux qu’ils ont retrouvé un moyen de mobilité.

Mais j’ai comme l’impression que c’est notre monde de fous qui traîne comme un handicap chronique.

(Photo : Zohra Bensemra)

Si je vous donne parfois l’impression de faire des billets minimalistes de remplissage, ne vous y trompez pas : c’est vrai !

Un moment de flottement dans ce tour du monde du regard entrepris depuis bientôt 8 ans. Comme dans le travail qui me paye. Et autre choses.

Bref.

Ne confondez pas les théâtreux d’Aquoiserge avec les musiciens d’Aquaserge, qui proposent une musique qui ne ressemble pas aux standards de la chanson française actuelle. (Mais peut être à certaines expériences d’il y a quelques décennies ?). D’ailleurs, les textes sont minimalistes mais le plaisir à l’écoute est maximum :