A la mode de chez elles

Slide 1
Slide 2
Slide 3
Slide 4
Slide 5
Slide 6
Slide 7
Slide 8
Slide 9
Slide 10
Slide 11
Slide 12

“Finalement, le communisme n’aura été qu’un effet de mode.” Mao Zedong (citation apocryphe)

Il est des sujets de société que ce blougui aborde trop rarement comme le sport et surtout la mode. Vous n’imaginez pas pourtant le nombre de photographies de mannequins (tellement semblables) sur différents podiums (qui se ressemblent autant) que je croise régulièrement, pendant la saison des “fashion weeks”.

Semaines de la mode en bon français et 时尚周 en chinois.

Car c’est bien de Chine que nous viennent les photos du jour, prises pendant le défilé de présentation de la collection automne-hiver de la maison de couture locale EVE CINA.

Et si j’ai pris le temps de les collecter et la peine de les partager avec vous, c’est autant à cause de l’apparence fort peu asiatique de beaucoup de mannequins que de la présence, au centre du dispositif, d’une demi douzaine de tisseuses, tellement en décalage avec ce qui les entourent. Et pas seulement à cause du fait qu’aucune des défileuses ne semblait arborer l’étoffe à rayure filée par les fileuses.

Pourtant, dans sa présentation sur le site de la (Mercedes) Fashion Week, la marque chinoise affirme qu’elle a utilisé les matières traditionnelles fabriquées par ces artisanes Bouyei, exhibées, lundi 27 mars, dans les 2000 m2 de la salle des banquets du Beijing Hotel.

C’est donc peut être mon esprit vagabond et mal tourné qui a vu dans ces images l’avènement d’une mondialisation par forcément heureuse pour tous et la relégation des prolétaires chinoises à l’arrière plan du défilé. Comme un simple élément de décor.

Pourtant, à l’ère d’un libéralisme triomphant, j’ai comme l’impression de ne pas me tromper tout à fait.

(Photos : Li Mingfang, Lintao Zhang, Jason Lee)

De fil en aiguille. Voulant vous trouver quelque rocher (ou ckeuse) chinois(e), j’ai suivi sans succès la piste de groupes féminins (girls bands) nord-coréens (dans la lignée des ultra célèbres Moranbong que je vous avais présentées ici) qui se produisent à la frontière chinoise, et mes recherches ont abouti à la découverte de… Siervas, un groupe de douze femmes originaires du Pérou, d’Équateur, du Venezuela, d’Argentine, du Chili, du Japon, des Philippines et … de Chine !

Étonnant, non !