L’exemple… étasunien

Slide 1
Slide 2
Slide 3
Slide 4
Slide 5
Slide 6
Slide 7
Slide 8
Slide 9
Slide 10

Personnellement, je suis loin d’être exemplaire…

Ce n’est pas la seule raison pour laquelle je suis un peu saturé de l’exemple allemand que nous ressortent volontiers nos dirigeants ou ceux qui aspirent à le devenir.

Alors, même si je suis aussi loin d’être étasunophile, j’ai quand même eu envie de souligner l’exemple qui nous est venu de la Maison blanche. Et que certains auraient été bien avisés de suivre : Ivanka Trump va travailler pour son papa. Mais sans recevoir de salaire.

Une sorte d’emploi non fictif et bénévole.

Et l’une de ses premières missions sera de répondre à l’invitation de sa nouvelle copine, Angela Merkel, qui l’a conviée au assister le mois prochain au W20, un sommet sur l’émancipation économique des femmes.

Travailler gratuitement : est-ce une réelle preuve d’émancipation ?

Il est décidément difficile de trouver de bons exemples chez nos “responsables” politiques.

(Photos : Clemens Bilan, Michael Kappeler, Evan Vucci, Pat Benic)

 

“Un Germano-Américain (en allemand : Deutschamerikaner) est un Américain d’héritage ou d’ascendance allemande. Avec environ 50 millions d’individus, ils forment le plus grand groupe ethnique aux États-Unis, comptant 17,1 % de la population américaine. Ils sont aujourd’hui totalement assimilés au restant de la population américaine.” wikipedia

N’ayant rien trouvé de satisfaisant dans la liste des musiciens deutshamerikaner, j’ai fait un détour par le site – allemand ! – qui me fournit beaucoup de pistes musicales. Et j’ai fait la connaissance de Cemîl Qoçgîrî, un Allemand qui ne renie pas les racines kurdes de ses ancêtres.