Le changement, c’est quand ?
(Et où ?)

Slide 1

« Elle regarde son nombril et elle dit : “Le monde !” » (Proverbe familial déjà cité, je crois.)

Nous sommes tellement abreuvés de commentaires pré-électoraux, promesses, affaires, bribes de programme, cuisine sondagière et manipulation d’usage, que nous en oublierions presque que le monde tourne ailleurs aussi.

Et si, une fois de plus, l’élection présidentielle française a toute les chances de voir le changement repoussé à plus tard, il n’en est pas de même partout.

Quinze jours après nous, les Iraniens sont appelés à désigner le successeur de (ou à réélire) leur président Hassan Rohani, dans un scrutin dont les conséquences géopolitiques en font selon certains l’élection la plus importante de l’année.

Et cette importance est déjà sensible dans le nombre de candidats qui se sont enregistrés hier au premier jour du dépôt des candidatures : plus de 100 !

Je ne vous infligerai pas la liste de tous ces inconnus pour vous (ni ne chercherais leurs noms sur le web). J’ai juste appris la candidature du ministre de la Culture, Mostafa Mir-Salim, en trouvant cette photographie prise quelques instants avant son arrivée pour le dépôt de sa candidature.

Je n’ai pas compté non plus les photographes qui se massent ainsi. Peut être une centaine également ? Quoi qu’il en soit, cette affluence pour couvrir un événement politique est quand même de bon augure dans un pays qu’on nous décrit si volontiers comme totalement fermé à la démocratie et à la pluralité d’opinions.

Comme quoi il ne faut pas toujours croire ce qu’on nous dit. Pensez-y en allant voter dans dix jours…

(Photo : Abedin Taherkenareh)

D’une présidentielle à une reine… La transition est fragile, mais je n’ai pas vraiment trouvé mieux.

I’ve changed par Natalia M. King

Pour moi, le changement c’est maintenant et chaque jour…