Enfances

Slide 1

Parce que c’était samedi, jour de trêve, encore plus nécessaire par les temps fatigants qui nous courent, du jeu de la peur comme tous les 5 ans.

J’ai juste eu envie de partager le sourire d’enfants. Comme une illusion d’innocence.

Ceux-ci ont été photographiés dans un camp de réfugiés près de Damas, après que leur famille aient dû fuir devant les bombardements de l’armée syrienne.

Ils continuent de sourire, de jouer, insouciants. Pour e vrai ? Pour y croire encore ? Pour faire semblant, pour y croire le temps d’un moment ?

Peut-être, dans des années, bien après la fin de cette sale guerre interminable, retrouveront-ils la photo. Et le sourire. Ou bien ressentiront-ils la colère de ce moment qu’ils comprendront alors, de cette injustice des guerres, des combats qui les dépassent et les engloutissent malgré eux. De ces luttes plus de pouvoir que de religions…

Je ne sais pas.

Ces enfants de Syrie n’ont pas encore rejoint la longue cohorte de leurs compatriotes. Et des Afghans, des Kosovars, des Érythréens, des Nigerians, des Soudanais… qui rêvent d’un avenir meilleur et d’un présent juste supportable.

La déclaration des Droits de l’Homme nous donnent à tous le droit “de quitter tout pays, y compris le sien, et de revenir dans son pays”. Mais quelle est la liberté de choix quand on fuit la guerre ou la misère ?

Et de flot de pensée en fil de tristesse et d’impuissance, je pense à cette haine détestable de ceux qui veulent nous enfermer dans nos frontières. Et aussi à ceux qui défendent une mondialisation “heureuse” et qui pourtant, tellement inhumaine, provoque tant de guerres et de misère.

Tout aussi détestables et qu’on voudrait nous faire élire.

La semaine va être longue.

Vivement que nous nous réveillions !

(Photo : Kaled Abu Jaafer)

Une telle envie d’enfance…

…et des souvenirs de Jacques Brel !

  1. Mon enfance, à l’Olympia en 1966…
  2. Fils de, au même endroit la même année
  3. L’Enfance, dans le film Le Far-West en 1973
  4. Un enfant, par… Petula Clark en 1979. Parce que je n’ai pas trouvé de vidéo d’une version chanté par Brel lui même. Et que finalement, Petula Clark c’est comme un souvenir d’enfance, de mes premières amours (platoniquement télévisuelles) entre Mary Poppins et Emma Peal…