Bonjour l’angoisse
Slide 1
Slide 2

L’enfance
Qui peut nous dire quand ça finit
Qui peut nous dire quand ça commence
C’est rien avec de l’imprudence
C’est tout ce qui n’est pas écrit
Jacques Brel, L’Enfance (1973)

Après avoir fini la semaine en enfance (lisez et réécoutez Brel ici), les coïncidences des images de hasard m’ont permis de commencer cette nouvelle semaine et ce nouveau mois avec eux.

Avec une image en provenance de Pasay, dans la banlieue de Manille, où (me rappelle la légende de la photo) s’est tenu cette semaine le 30sommet de l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est (ANASE ou ASEAN). Une organisation locale qui réunit 10 pays (Philippines, Indonésie, Malaisie, Singapour, Thaïlande, Brunei, Viêt Nam, Laos, Birmanie et Cambodge et dont on se contrefiche bien par chez nous, où les sommets européens ne suscitent déjà pas de grande passion.

Autant dire que notre presse locale, fort occupée à nous faire peur ou à nous culpabiliser (voire les deux), n’a pas vraiment relayé d’informations concernant cette réunion.

Le seul article que j’ai trouvé en français sur ce sommet a été un communiqué d’Amnesty International demandant aux participants de faire pression sur leur hôte du moment, le président philippin Rodrigo Duterte, pour qu’il cesse sa chasse mortelle aux trafiquant et consommateurs de drogue, laquelle depuis juillet dernier aurait déjà causé la mort (l’assassinat…) de près de 9000personnes.

Et l’on s’éloigne des enfants.

Et davantage encore avec la deuxième image du jour, prise à Manille la semaine dernière aussi, après la découverte d’une prison secrète dans un commissariat de la ville, où croupissait une dizaine de détenus, dans l’attente du versement d’une rançon. Puis de leur assassinat ?

Un fait divers qui n’en est pas vraiment un et qui donne raison aux organisations de Droits de l’Homme dans leur dénonciation de cette “guerre contre la drogue” qui tourne au bain de sang, dont sont victimes en priorité les populations les plus pauvres.

Tout cela n’a pas empêché le président Duterte d’ouvrir le sommet avec un nouveau discours anti-drogue, affirmant que ce fléau n’est pas une fatalité, qu’il peut être combattu avec une réelle volonté et appelant ces collègues à s’engager pour une ANASE sans drogue.

Vendredi, à la fin du sommet, les participants se sont déclarés préoccupés pas la situation… en Corée du Nord.

Les menaces de guerre nucléaire, même virtuelles ou fantasmées, sont plus inquiétantes que le sort de quelques milliers de drogués ou de pauvres…

Enfants des Philippines et d’ailleurs, restez-le le plus longtemps possible.

(photos : Francis R. Malasig, Jes Aznar, DR)

PS : Le titre du jour est une lointaine allusion à la coutume de “Bonjour Philippine” que j’ai pratiquée jadis en famille, qui se joue quand on trouve deux amandes dans la même coque. Et comme j’avais trouvé deux images aux Philippines… Mais j’ai dérivé.

Vous aurez remarqué que j’ai réussi à ne pas évoquer la seconde semaine de campagne du second tour.

Mais, en cherchant une musique un peu au petit bonheur et en tombant sur le groupe péruvien Bareto interpértant No es para mi, qui se traduit par “Ce n’est pas pour moi”, j’ai eu une certaine appréhension à voir se ranimer le débat politique. Il faut dire que tellement de propagande nous tombe de tellement partout dans ce pays qu’on croirait parfois déjà en dictature avec une certaine disparition de la pluralité de la presse…

Mais j’ai regardé la suite des paroles. Il s’agit d’une chanson d’amour… impossible parce que le garçon est trop pauvre. Rien à voir avec la politique.

Si vous avez quelque chose à dire...