Esclave âge

Slide 1
Slide 2
Slide 3
Slide 4
Slide 5
Slide 6
Slide 7
Slide 8
Slide 9
Slide 10
Slide 11
Slide 12
Slide 13
Slide 14
Slide 15
Slide 16
Slide 17
Slide 18

“Tremblez devant l’esclave quand il brise sa chaîne.” Friedrich von Schiller (oui, oui, l’auteur de l’Hymne à la Joie, évoqué ici il y a quelques jours à peine)

Finalement, je n’ai pas réussi à combler le retard de publication. Et le 10 mai 2017 sera resté silencieux sur abcdetc.

Juste pour la Journée commémorative de l’abolition de l’esclavage en métropole. Ça fait tâche… Mais bon.

À propos d’esclavage.

Le nom de Jefferson Davis (1808-1889) ne vous dit peut être rien. Mais pour certains Étasuniens, il reste un héros.

Pour éviter trop de débordements, le démontage de sa statue, érigée depuis 1911 à la Nouvelle-Orléans, s’est effectué aujourd’hui avant l’aube, à 3 heures du matin, à l’aide d’une grue d’une entreprise anonyme pilotée par des ouvriers masqués. Et sous forte protection policière.

Ce qui n’a pas empêché plusieurs dizaines de manifestants d’être présents pour exprimer leur tristesse et crier leur colère, en dénonçant un acte “lâche” et “totalitaire”. Nostalgie quand tu nous tiens…

Quelques contre-manifestants étaient présents pour leur donner la réplique.

La mairie de la Nouvelle Orléans a fait emmener la statue dans un endroit tenu secret où elle a rejoint d’autres monuments emblématiques de l’esprit colonial du sud, en attendant de trouver un lieu d’exposition plus approprié et contextualisé pour ces vestiges “d’une période obscure de l’histoire américaine”. Le maire de la ville, Mich Landrieu, expliquant pour sa part : “Je crois que nous devons nous souvenir de toute notre histoire, mais nous n’avons pas besoin de la vénérer.”

Il semble que tous ses concitoyens n’aient pas encore compris le message.

Aux nostalgiques de l’esclavage, on peut leur parler pour les consoler de tant de discriminations qui subsistent et de cette mondialisation qui organise encore une planète où certains sont plus libres et égaux que d’autres.

Et aux autres, on peut rappeler les combats à mener encore pour l’affranchissement de peuples encore colonisés.

(Photos : Jonathan Bachman, Gerald Herbert, David Grunfeld, DR)

Il y a aujourd’hui 36 ans mourrait Bob Marley.

Et comme plein d’autres j’ai souhaité lui rendre hommage. Avec une chanson en rapport avec ce qui précède Redemption Song, une “chanson de délivrance”, dont je vous avais déjà proposé une belle mosaïque il y a déjà 3 ans.

Depuis, des dizaines d’autres reprises de ce titre ô combien emblématique ont été réalisées. Mais en écoutant la version mâtinée de salsa offerte par la toute jeune Nigériane Bibi, j’ai craqué.

J’espère que vous aimerez aussi. Et que vous réentendrez ce conseil toujours d’actualité :

Emancipate yourselves from mental slavery (Affranchissez-vous de l’esclavage mental)