La mère d’Emmanuel

Slide 1
Slide 2
Slide 3
Slide 4
Slide 5

Contrairement à ce que pourrait laisser penser le titre du jour, il n’y est nullement question de notre nouveau président – investisseur hier investi – et de sa femme. Quoi que…

J’ai appris comme vous sans doute en fin de semaine que le pape allait rendre visite ce week-end au sanctuaire de Fátima, pour y commémorer les 100 ans de l’apparition maritale et canoniser deux des trois jeunes bergers témoins du miracle.

Pourquoi deux sur trois ? Me suis-je demandé, essayant de ne faire aucun rapprochement avec les résultats de l’élection présidentielle du dimanche précédent, ce qui auraient été désobligeants pour les moutons…

J’avoue ne pas avoir bien compris les explications données ici ou là, si ce n’est qu’il faut visiblement accomplir deux miracles pour devenir un(e) saint(e). Ce que semblent avoir eu le temps de faire les jeunes Francisco Marto et Jacinta Marto avant de mourir de la grippe espagnole deux puis trois ans après l’apparition de “la dame en blanc”. Mais que n’aurait pas réussi à accomplir leur cousine Lúcia dos Santos, qui vécut pour sa part jusqu’à 97 ans. Dont plus de 70 passés au couvent quand même.

Ce qui prouve que si l’habit ne fait pas le moine, la religion ne fait pas non plus la sainteté.

Bref.

Fransisco et Jacinta ont rejoint les quelques 6000 saint des l’église. Soit autant que les forces de l’ordre qui protégeaient le pape vendredi et surtout samedi, où entre 500.000 et 1 million de dévots ont accompagné le pape François.

Dont j’ai relevé cette phrase dans le discours (l’homélie?) qu’il a prononcé à Fátima : “Nous ne voulons pas être une espérance avortée !”

Et sans avoir vu la vierge ni reçu aucun message secret de sa part, l’envie m’a démangé de prophétiser. Mais je me suis repris : je n’ai aucune espérance placée dans le nouvel investi. Dont je doute qu’il accomplisse quelque miracle que ce soit…

(photos : Paulo Duarte, Tony Gentile, Pablo Blazquez Dominguez)

Rien à voir avec un miracle mais avec le résultat d’un autre vote (populaire ?). Ce week-end, le Portugal a gagné pour la première fois l’Eurovision avec une chanson très éloignée des canons du genre et de la musique “fast food” selon les déclarations de Salvador Sobral après sa victoire surprise. Qui va obliger son pays à organiser le concours l’an prochain…

Et à remercier sa sœur Luisa qui a écrit la chanson gagnante.

Et qui, sans être la plus grande des chanteuses portugaises, possède un certain talent.