C’est quoi ça ?

,

Slide 1

“Alors à quoi ça sert la frite si t’as pas les moules ?” Alain Bashung/Boris Bergman, Gaby oh ! Gaby (1980)

En demandant le score de “kwassa kwassa Macron” au moteur de recherche leader avant de rédiger ce billet, j’ai obtenu 282000 résultats. Je ne les ai pas tous regardés. Pas plus que les 3460 liens obtenus en ajoutant “quoi ça” à la requête.

Comme quoi (ça), le “dérapage” présidentiel n’est pas passé inaperçu.

Et même s’il va se retrouver noyé dans l’actualité (de l’attentat de Londres plus que celui de Kaboul, encore!) comme des milliers de migrants comoriens (plus de 12000 depuis 20 ans…), j’espère qu’il va laisser des traces.

Car si, après le bon mot de petit frimeur “je sais tout sur tout”, l’Élysée reconnaît laconiquement un “trait d’humour malheureux” et l’ambassadeur français aux Comoresune scorie au niveau du langage”, il faut y voir davantage (enfin?) une sorte de “coming out” (révélation en bon français?) qui permettra peut être de réaliser que notre nouveau président est davantage l’héritier de Sarkozy que celui de Hollande.

Mais au vu des sondages pour les prochaines législatives, je peux me tromper…

(Photo : DR – Image illustrant cet article sur Médiapart)

“Gaby
Tu veux que je te chante la mer

Le long, le long, le long des golfes
Pas très clairs…”

Pour accompagner le billet du jour, j’aurais pu choisir Bashung si on était samedi, le jour des rétrospectives… Ou Imany, la chanteuse d’origine comorienne qui a fustigé la “phrase méprisante, condescendante, ordinairement raciste d’un président nouvellement élu aux aspirations humoristes”.

Mais pour parfaire la culture présidentielle et rappeler que le kwasa-kwasa était à l’origine une danse congolaise. Mise à l’honneur par une autre chanteuse, la Tanzanienne Tazneem.