Les dollars ne se mangent pas

Slide 1

“L’Arabie saoudite accusant le Qatar de soutenir le terrorisme, c’est un peu comme si Burger King pointait du doigt McDonald’s en l’accusant de favoriser la malbouffe.”

Je ne résiste pas au plaisir de partager avec vous ce commentaire entendu aujourd’hui dans mon entourage, qui vous fera peut être sourire plus que les Qataris. Face à la fermeture de la frontière avec le voisin saoudien qui a décidé de rompre ses relations diplomatiques (suivi par Bahreïn, l’Égypte, les Émirats arabes unis et le Yémen), la population s’est un peu affolée et s’est ruée vers les magasins, qui ont été plus ou moins dévalisés selon les informations en provenance de Doha.

Il faut dire que l’approvisionnement alimentaire, qui conditionne les repas des 2,2 millions de Qataris, dépend à 90% des importations. Comme quoi, on peut très bien habiter l’un des pays les plus riches du monde et craindre, sinon la famine, du moins certaines restrictions.

Le “Qatar National Food Security Programme” (QNFSP), plan national de sécurité alimentaire lancé par le gouvernement, prévoit bien une augmentation de la production agricole locale qui permettrait de couvrir environ 40% des besoins alimentaires du pays. Mais à l’horizon 2023. Soit un an après la Coupe du Monde de football toujours programmée là-bas. Sauf si McDonald’s, l’un des principaux sponsors de la FIFA, fait pression pour cause de pénurie de steaks hachés.

À suivre… (et désolé pour la pitoyable image du jour)

(photo Joyce Karam)

Pas le même pays deux jours de suite… Mais ça, c’est une règle (même pas toujours tenue) pour l’actualité en images.

Pour la musique, j’avoue ne pas avoir cherché de musique au Qatar. Et ne trouvant pas encore de vidéo de Résistance, le nouvel album des Maliens de Songho Blues, je n’ai pas résisté au plaisir (partagé j’en suis presque sûr) de vous offrir une nouvelle chanson de leur premier disque : Jolie, en tout vivant.