Quand je serai vieux

Slide 1
Slide 2
Slide 3
Slide 4
Slide 5
Slide 6
Slide 7
Slide 8
Slide 9
Slide 10
Slide 11
Slide 12
Slide 13

“Quand je serai vieux, je serai insupportable…” Jacques Brel

Je sais : je radote ! Mais je n’ai pas encore perdu la mémoire et je sais que j’ai publié il y a un an un billet avec le même titre et la même phrase en exergue. J’avais juste oublié d’en préciser l’auteur, persuadé que Brel faisait partie d’un patrimoine mémorial commun.

Je m’interroge encore parfois pour imaginer ce que je ferai quand je serai grand, espérant que se réalise un jour la prédiction freudienne selon laquelle “le bonheur est un rêve d’enfant réalisé dans l’âge adulte”. Mais il se trouve de plus en plus de gens pour me juger trop vieux quand je leur fais part de mon désir de travailler pour et avec eux. Sans le dire bien sûr, ce serait discriminatoire. En même temps, il se trouve de plus en plus de personnes pour me dire que je ne fais pas mon âge, ce qui est aussi une forme d’âgisme et du refus de reconnaître le droit de vieillir.

Et dans une époque où la jeunesse triomphante s’apprête à reculer encore l’âge de la retraite (je n’ai pas le droit d’en dire plus en période électorale), j’ai encore bien le temps pour décider de ce que je ferai quand je serai enfin tranquillement vieux

Et il n’est pas sûr que j’irai participer aux Jeux olympiques.

Bref.

Les premières olympiades pour seniors se sont déroulées mardi 13 juin dernier au Stade Roi Baudouin à Bruxelles. À l’initiative du service seniors de la ville et de l’association “À travers les arts”, 130 “sportifs” âgés de 75 à 96 ans sont sortis de leur maisons de “repos”, pour participer à quelques épreuves sportives, parmi lesquelles le 4 x 25 mètres en fauteuil roulant ou déambulateur, le lancer de fléchettes, de javelot ou de pelote de laine, la pétanque ou un parcours d’obstacles adapté…

Je n’ai retrouvé ni Catherine Bloemen, ni Marie-Rose Trogh, mes deux Bruxelloises des semaines passées qui vivent encore chez elles, parmi les participants.

Et si je ne suis pas sûr que tout cela corresponde au rêve d’enfant dont la réalisation me rendrait heureux, j’ai quand même plaisir à partager avec vous quelques sourires en ce week-end plutôt prometteur e grimaces (mais je n’en dis pas plus, en période… voir plus haut).

(Photos :  François Lenoir, Jasper Jacobs)

“Par principe, la communication sur internet est libre, en vertu de l’article 1er de la loi n° 86-1067 du 30 septembre 1986 relative à la liberté de communication. Ce droit est ouvert aux citoyens sans limitation autre que les dispositions réprimant son abus”, nous explique le Conseil constitutionnel sur son site spécial élections

Avant de préciser

“Il est préférable de s’abstenir de toute activité de propagande la veille et le jour du scrutin.”

On a comme l’impression que beaucoup d’électeurs n’ont entendu que le début de la phrase. Mais comme j’ai lu jusqu’au bout, je vous propose une mosaïque garantie sans propagande.

Quelques chansons dans l’air du temps :

  1. Jacques Dutronc : L’Opportuniste (1968)
  2. Renaud : Socialiste (1988)
  3. Les Fatals Picards : Mon père était tellement de gauche (2014)
  4. Sanseverino : Magouille Blues (2015). Une bien belle reprise d’une chanson de François Béranger, en soutien à un journal qui a eu un peu de mal dans ses soutiens récents (sans autre commentaire).