La fleur au fusil

,

Slide 1

“Oh, je sais. Aujourd’hui, la fleur au fusil, La Marseillaise, la Wacht am Rhein… Oui. Mais demain (…) cet homme-là, qui est parti en chantant, il ne sera plus qu’un pauvre type (…) face à face avec la guerre !” Roger Martin du Gard, Les Thibault

J’ai un chouia de culture historique et, même si ça date de plus d’un siècle, je me rappelle que le départ des soldats “la fleur au fusil” en 1914 a conduit à une boucherie.

Je ne suis pas naïf non plus et je sais que les millions de fusils encore en exercice dans notre monde crachent des balles mortelles bien plus souvent que des fleurs de vie.

N’empêche qu’en voyant l’image du jour, j’ai eu un instant – fugitif – d’espoir d’un cessez-le-feu. Même limité. Même provisoire.

Mais il ne s’agit pas d’une vraie soldate. Juste une participante à la Gay Pride de Sao Paulo, dimanche dernier.

Une bien belle image quand même, susceptible d’inciter au rêve. Dont j’ai (nous avons ?) plus que jamais besoin.

Une image plus souriante en tout cas que celles prises au cours d’une autre Gay Pride, à Kiev où, malgré la solide protection policière, quelques homophobes ultra-nationalistes s’en sont pris au défilé, enflammant quelques drapeaux arc-en-ciel.

La haine de l’amour, triste programme.

Même sans fusil, il reste bien des combats à mener. Et des cons à éliminer…

(Photos : Nelson Antoine, Efrem Lukatsky, Sergei Supinsky)

Ah l’amour ! Tellement réactionnaire de n’être pas (encore) numérisable et (presque) pas côté en bourse.

Les 6 musiciens de Divanhana se sont rencontrés à l’Académie de Musique de Sarajevo, et entendent aujourd’hui faire résonner leur musique traditionnelle et adaptée aux sons du jour, dans tous les des Balkans et au delà. Jusqu’à abcdetc. Où l’on aime bien les cœurs aussi…