C’est plus du jeu

Slide 1

“Haut les mains
Peau d’lapin
Haut les pieds
Peau d’gibier”
Comptine enfantine

Vous identifierez peut être, à cause de l’absence de la maîtresse en maillot de bain dans les strophes ci-dessus, que je suis né avant 1968 et sa fameuse (fumeuse?) révolution.

Même si j’ai des doutes. Non pas sur la révolution, mais sur la date d’irruption d’une strophe que je ne chantais pas dans mon enfance.

Bref.

Je suis donc né à une époque révolue, dont je ne ferai pas l’inventaire mais où, alors que les petits n’évoquaient pas le bikini de la pas encore professeure des écoles, les grands ne se disputaient pas autour de la théorie du genre.

Et par conséquent, même si ma mère était assez d’avant garde question féminisme et égalité des sexes, elle me laissait jouer – tranquillement – avec les pistolets, revolvers et autres mitraillettes. Je me souviens même d’un bazooka qui…

Ce qui n’a eu aucune suite dans l’âge adulte (ou presque), où j’ai une aversion certaine pour les armes de toutes sortes, ceux qui les portent ou les utilisent avec fierté, comme ceux qui les fabriquent ou les vendent avec cynisme.

Aussi, en trouvant l’image du jour, j’ai souri et je me suis mis à penser. En me disant que je préférais tellement cette image des policiers australiens aux pistolets en plastique orange à celle du policier israélien de mercredi dernier et son pistolet aux balles en caoutchouc (et à tant d’autres photos de coups de feu ou d’explosions que m’amène à voir mon travail de blougueur). Et en me demandant pourquoi trop de mes “semblables” n’avaient pas abandonné leur goût des armes dans l’enfance, pourquoi la violence reste encore une des solutions à la résolution des conflits, pourquoi l’on ne pourrait pas désarmer les obsédés de la gâchette en leur confiant des pistolets à eau, à bouchon ou à peinture… Pourquoi tant de haine en résumé ?

Rien de bien nouveau, j’en suis désolé.

Et j’avais fini ce billet et je lui cherchais juste une chute rigolote, quand j’ai appris hier matin qu’un projet d’attentat avait été déjoué samedi à l’aéroport de Sydney.

Je n’ai pas réussi à savoir si parmi la quarantaine de policiers qui sont intervenus se trouvaient les mêmes qui s’entraînaient en fin de semaine sous l’œil du photographe. Mais j’imagine qu’ils n’avaient pas les mêmes armes à leur disposition. Je ne suis pas naïf à ce point.

Ni au point d’espérer qu’il serait possible de convaincre les terroristes de mener des attentats à la bombe à eau.

Ou Kim Jong un de lancer des fleurs

Ou les financiers qui étranglent le monde de plutôt jouer au Monopoly®.

(Photo : David Gray)

Côté musique, l’Australie nous a déjà proposé de bien belles réussites, des Bee Gees à Kylie Minogue (née en 1968), sans oublier bien sûr AC/DC et tant d’autres…

Il paraît que la prochaine grande chose (the next big thing) à nous venir de l’hémisphère sud (selon les Inrocks qui s’y connaissent bien plus que moi) est le groupe Parcels.

Soit.

Pour le moment les 5 musiciens sont à Berlin où a été enregistrée cette vidéo, qui pour ma part m’évoque quand même quelques sons de jadis.