Salutations distinguées

, , ,

Slide 1

“Quelle est la différence entre un corbeau ?”*

C’est un peu la question que je me suis posée hier en entendant à la radio la reprise des propos de notre nouveau ministre de l’Intérieur (et ex- maire de la grande ville à côté de chez moi, ce qui explique en partie mon aversion pour…)

Pour ceux qui n’écoutent pas la radio le dimanche, Le Monde reprend cette martiale intention en titre : Gérard Collomb veut “distinguer le droit d’asile des autres motifs de migrations”…

Je me suis retenu de publier un billet dominical, respectant une règle que je me suis imposée quand notre nouveau président, alors ministre, avait souhaité l’extension du travail ce jour-là. Règle qui reste valable quand le ministre est devenu président.

Mais j’ai repensé à cette image croisée dans la semaine et que j’avais mise de côté, me disant qu’elle illustrerait peut être un article de vacancier quand même largement moins épuisé que d’autres. Même si je n’aime pas la phrase qui dit “il ya pire”.

Hier, elle m’a parlé de distinction.

L’identification des humains, selon divers critères, n’est pas une nouveauté. Mais je ne vais pas m’étendre, au risque d’atteindre tout seul (faute de commentateurs) le fameux point Godwin.

Je pose juste la question, en regardant cet homme, épuisé après avoir franchi la frontière entre le Maroc et l’Espagne, du côté de Ceuta. et après sans doute quelques milliers de kilomètres de parcours à travers l’Afrique :

Monsieur le Ministre, comment distinguer si cet homme a fui la guerre, les persécutions ou la misère économique ?

Et je pourrais ajouter quelques questions subsidiaires. Comme de savoir si la situation catastrophique de certains pays de notre planète n’est pas l’injuste conséquence d’une guerre économique. Ou sur l’appel d’air qu’a ressenti cet homme en apprenant qu’il y allait enfin y avoir des toilettes et des douches pour lui à Calais…

Ce n’est rien en comparaison ; mais ce monde me fatigue.

(Photo : Jesus Moron)

PS : J’ai failli oublier de donner la réponse à la devinette en exergue. Il a les deux pattes pareilles, surtout la gauche…

Pour échapper à la fatigue des infos, j’ai glissé sur FIP, qui diffusait juste à ce moment Bonita, cette belle chanson de Heidi Vogel, “l’une des plus grandes voix du jazz moderne”.

Merci…