Taille patron

,

Slide 1
Slide 2
Slide 3
Slide 4
Slide 5
Slide 6
Slide 7
Slide 8

“Moi je suis pour toutes les libertés. Louer son ventre pour faire un enfant ou louer ses bras pour travailler à l’usine, quelle différence ? C’est faire un distinguo qui est choquant.”

La mort de Pierre Bergé ne m’a guère plus ému qu’autrefois Desproges en apprenant le décès de Tino Rossi. Mais le battage médiatique de mes confrères de “gauche” pour rendre hommage à leur sponsor disparu m’a amené à réagir.

Alors que les journaux sérieux fustigent volontiers la désinformation ou “fake news” en bon français de maintenant, j’ai été surpris que le plus sérieux d’entre eux, Le Monde, omette dans son inventaire des sorties les plus marquantes de Pierre Bergé dans les médiascelle de décembre 2012 que j’ai placée en exergue.

Phrase “maladroite” que n’a pas renié son auteur, bien au contraire, expliquant un peu plus tard que de toutes façons « on porte toujours quelque chose pour quelqu’un d’autre, on est payé pour ça…” et que ce qu’il voulait vraiment, c’est que les femmes “soient libres”.

J’ai comme un doute sur la liberté des Indiennes, louant leur ventre entre 2 800 et 7 000 euros, soit l’équivalent de plusieurs années de salaire nous précise encore Le Monde, afin de satisfaire le désir d’enfants de quelques milliers d’occidentaux. On estime à 25.000 le nombre d’enfants conçus par GPA en Inde depuis la légalisation en 2002.

Le gouvernement indien a lui aussi des doutes, qui a présenté un projet de loi interdisant toute transaction financière autour de “maternité de substitution”. Projet encore en discussion par crainte d’un développement d’un marché noir et face à la protestation des mères porteuses indiennes qui espéraient ainsi pouvoir changer leur vie en sortant de la pauvreté.

Quand donc existera-t-il une solution de … substitution à l’exploitation des un(e)s par d’autres plus riches ? Une alternative autre que celle de louer son ventre ou vivre dans la misère ?

Comme j’espère que vous m’autoriserez une autre alternative que celle de me taxer de réactionnaire parce que j’approuve une loi proposé par l’ultranationaliste Narendra Modi et que je déplore une pratique que dénoncent La Manif pour tous et autres idéologues de droite, ou d’être de gauche comme Pierre Bergé (ou Emmanuel Macron auquel il apporta son soutien “sans la moindre restriction”).

Ou alors, laissez-moi le droit d’être réactionnaire, en réaction sensible à une certaine idée du “progrès”.

En toute liberté.

(Photos : Stéphanie Saint-Clair, David Boily, Mansi Thapliyal, Nicole Frugé)

On a quelquefois besoin de se sentir moins seul et de se trouver quelque argument d’autorité.

Malheureusement pour moi (comme pour vous) je n’ai trouvé aucun(e) chanteur(se) parmi les signataires de la campagne internationale contre la gestation pour autrui.

Aussi, je vous propose de réécouter cette chanson de Rida, déjà programmée ici il y a un peu plus de 5 ans, et toujours d’actualité, une présidentielle plus tard…