Hello Kikito !

,

Slide 1
Slide 2
Slide 3
Slide 4
Slide 5
Slide 6
Slide 7
Slide 8

“Il y a un an environ j’ai fait le rêve d’un enfant regardant par-dessus la frontière…” JR

Ne vous trompez pas de JR : l’auteur de l’exergue du jour n’est pas le tenancier de ce blougui, mais mon homonyme photographe. Largement plus connu.

Mais qui n’a pas non plus rencontré Godard

Pour finir cette semaine, traversée successivement d’un esprit de liberté (lundi), d’une certaine hostilité aux frontières (mardi), d’une évocation d’un rêve (mercredi), puis d’un questionnement sur nos parts d’enfance (vendredi), la nouvelle installation du street artist globe trotter tombait à pic. Comme une synthèse…

C’est le jeune Kikito, âgé d’un an, qui a servi de modèle pour la photographie géante de plus de 8 mètres de haut qui se dresse à la frontière entre le Mexique et les États-Unis. Les autorités étasuniennes s’étant opposées à son affichage sur “leur” barrière de sécurité, c’est en territoire mexicain, à Tecate, sur le terrain de la famille de David Enrique (le vrai nom du petit Kikito), qu’a été dressé son portrait qui semble regarder de l’autre côté de la frontière.

C’est donc en rêve qu’a germé cette idée, un rêve que JR a expliqué ainsi au New York Times :

“Je me demande, est-ce que cet enfant s’inquiète de ce qui va arriver ? Que pense-t-il ? À un an, vous ne voyez pas la frontière ni quel côté est le meilleur.”

Il a fallu trois mois pour terminer une installation qui a été “inaugurée” au moment où le président étasunien annonçait l’annulation du programme Daca, protégeant environ 800.000 jeunes sans papiers arrivés aux États-Unis durant leur enfance.

Une coïncidence et tout un symbole.

Trois mois de montage pour une image qui ne restera en place que quelques semaines à peine. Le 2 octobre le visage de Kikito disparaitra.

Mais pas le mur. Ni le rêve, ni les envies d’enfance et l’espoir que chaque regard d’enfant fait naître en ce monde.

(Photos : JR, Angel Garcia, Guillermo Arias, David Maung, John Francis Peters)

Comme le temps passe… Il y a près de 9 ans que j’ai découvert JR et parlé de lui dans un article sur… la frontière entre l’Inde et le Pakistan.

(Petite incise : ne croyez pas que j’ai une mémoire phénoménale. Je fais comme tout le monde en recherchant la trace de mes archives via mon moteur de recherche intégré ou le gros moteur de recherche tellement international…)

Bref, en voulant réécouter cette semaine un titre entendu sur FIP, je suis tombé sur une vidéo illustrée par une animation de Blu, l’artiste argentin qui citait JR dans les liens amis.

Bref.

La chanson nostalgique de la semaine, Have a Cigar, est interprétée par :

  1. Pink Floyd
  2. Atlantis Becoming (retenus pour l’interprétation originale et pas pour la pub derrière…)
  3. Atom Heart Band (pour la touche féminine en direct d’Israël)
  4. Bobby Kimball (du groupe Toto et sur des images de l’animation Muto de Blu)