Le prix des allumettes

Slide 1
Slide 2
Slide 3
Slide 4
Slide 5
Slide 6
Slide 7
Slide 8

“Toi, tu ne changes pas, tu es comme le prix des allumettes.”
(Paroles d’ Yves Dessca pour Stone et Charden, 1972)

*

J’aurais très bien pu placer en exergue un truc du genre qu’il n’y a pas de fumée sans feu, mais je n’aurais pas eu l’occasion de fredonner la rengaine qui m’est venue en découvrant l’actualité du jour. Alors, même si le prix des allumettes a fini par changer, comme le monde autour…

Bref.

Une explosion a dévasté mardi soir un dépôt de munition dans la région de Kalynivka en Ukraine à environ 200 kilomètres au sud-ouest de la capitale, Kiev. L’incendie qui a suivi a provoqué d’autres explosions jusque dans la journée d’hier, le temps que les 188.000 tonnes de munitions obus et roquettes diverses que contenaient l’entrepôt soient détruites.

La ville a été privée d’électricité et le gaz a été coupé, sans doute pour ne pas en rajouter. L’espace aérien a été fermé dans un rayon de 50km autour de la ville. Dont 30.000 personnes ont été évacuées, par mesure de précaution.

Une seule aurait été blessée.

Le premier ministre, Volodimir Groysman, a évoqué un sabotage possible par les ennemis du pays. Il faut dire que c’est le quatrième incendie en deux ans touchant un dépôt de l’armée ukrainienne. Ce qui fait beaucoup. Mais n’empêche pas la poursuite du “conflit” qui se poursuit depuis 2014 avec les séparatistes prorusses.

En attendant les résultats de l’enquête, j’ai voulu me livrer à un rapide calcul. Malheureusement, si des sources sérieuses (comme le SIPRI – Stockholm International Peace Research Institute), me fournissent bien le montant des dépenses militaires mondiales en 2016 : 1686 milliards de dollars (un peu moins de 1435 milliards d’euros), soit 2,2% du PIB mondial et 227 € (193€) par habitant, j’ignore le prix de la tonne de TNT. Ou autre explosif.

J’ignore donc la quantité de munitions qui pourraient nous péter à la gueule en cas de “sabotage”. Mais, sans faire le calcul, j’ai comme l’impression que nous aurions alors bien du mal à trouver un endroit pour tous nous évacuer.

Mais ce ne sont bien sûr que spéculations vaines d’un esprit encore enhrume et embrumé.

(Photos : Efrem Lukatsky, Sergei Supinsky, Andrey Kravchenko)

Et puis il y a des espaces de paix. Même dans les conflits…

Ainsi, la chanteuse d’Odessa, Timonina (Юля Тимонина), a remporté le grand prix du festival de musique indépendante Индюшата-2017 à… Moscou, à l’unanimité, sans bagarres, ni querelles, ni insultes” selon l’organisateur.

Elle a aussi gagné un passage sur abcdetc.