Réconciliation

,

Slide 1
Slide 2
Slide 3
Slide 4
Slide 5
Slide 6
Slide 7
Slide 8
Slide 9
Slide 10

J’ai beau ne pas être un grand admirateur des drapeaux, il est des jours où il est doux de les voir flotter dans le soleil.

Il y a quelques semaines encore, ils semblaient irréconciliables. Et pourtant. Hier au Caire, le représentant du Hamas, Saleh al-Aruri (à gauche sur la première photo), et celui du Fatah, Azam al-Ahmad (à droite), ont signé un accord de réconciliation.

Après dix ans de brouille, de divergence, de déchirements, les deux mouvements décident – enfin – de s’unir.

Une prochaine réunion en novembre devrait permettre de fixer les détails de cet accord qui doit aboutir à un gouvernement d’unité sur l’ensemble de la Palestine “réunifiée” sous la responsabilité de l’Autorité palestinienne.

Un premier pas vers un redémarrage du processus de paix avec Israël ?

Le Premier ministre israélien, Benyamin Néthanyahou, a aussitôt fait connaître son scepticisme, déclarant que cette réconciliation “ne fait que compliquer” la recherche de la paix avec Israël

Sans parvenir à ternir la joie des Palestiniens, notamment ceux de la bande de Gaza, dont l’un des habitants a déclaré : “Aujourd’hui, je vois des sourires et de l’espoir sur le visage des jeunes, nous sommes tous optimistes.”

Et plutôt que de céder à la sinistrose néthanyaesque, on a envie de sourire et d’être optimiste avec eux !

(Photos : Khaled Desouki, Said Khatib, Ibraheem Abu Mustafa, Khalil Hamra, Mahmud Hams, Mohammed Abed, Abid Katib, Suhaib Salem)

L’espoir revit. Ou il ne meurt jamais. Comme l’âme ?

La “marraine du soul revival”, Sharon Jones, a quitté ce monde en novembre l’an passé. Son dernier album (posthume), Soul of a Woman, sortira en novembre de cette année.

Un premier extrait a été mis en ligne il y a trois jours…